« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"
"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

Dans tous les pays où les musulmans sont minoritaires, ils sont obsédés par les droits des minorités, dans tous les pays où les musulmans sont majoritaires, il n'y a PAS de droits des minorités.

samedi 30 janvier 2010

Débat d'orientation budgétaire

L'essentiel de mon intervention lors du conseil municipal du 29/01/10 :

"Ce débat est toujours politique avant d'être technique ou budgétaire. Plus encore cette année où il accompagne une refonte complète de la fiscalité des collectivités territoriales !

............

Essayons de comprendre ce qui va se passer dans notre presqu'île (nos communes ne sont pas impactées directement, la TP allait aux 2 communautés) et quelles sont les conséquences pour notre commune et sa population, sous réserve que les simulations du ministère soient exactes (revoyure de juin 2010).

Parmi les taxes qui remplacent l'actuelle TP, le taux sera unique sur tout le territoire métropolitain pour la CVAE, l'Ifer, la Tascom, seule la CFE, sera fixée par les CT mais très encadrée ; en 2010 la carène votera un « taux relais » de compensation foncière des entreprises (CFE) dans la limite de la plus faible des hausses entre taux de taxe d'habitation et taux moyen pondéré de la TH et des taxes foncières. C'est dire que la variation de la taxe d'habitation sera la clef de la variation de l'impôt, donc des ressources locales.

Cap atlantique : TP avant 12 421 631 après 7 513 356 CVAE + CFE +Ifer+ Tascom (60%)
Carene : 57 585 976 avant après 23 751 860 après (41%)
Donc la contribution des entreprises demeure, mais baisse très fortement, ce qui était un des buts de la réforme.
Elle est d'autre part distribuée différemment  entre les entreprises au profit de l'industrie. Même si cela n'était pas le plus gros souci des entreprises exportatrices, c'est un coup de pouce non négligeable pour beaucoup, c'était un des buts de la réforme.

Si l'indispensable contribution au financement de la vie locale par les entreprises baisse, qui la remplace ? Le fonds de garantie prélevé sur les gagnants au profit des perdants ? Regardons mieux le cas de nos 2 communautés sœurs ; Cap atlantique verse au pot commun -9 981 574 et la Carene en reçoit 17 944 920.
Comment est ce possible puisque déjà CA perd sur sa TP et que ce que nous recevons n'est pas égal à notre perte or, au final nos ressources sont inchangées ?
C'est qu'entre temps est apparu une nouvelle ressource 14 563 688 à CA et 12 402 990 chez nous : une taxe d'habitation ...! Il s'agit bien sûr de la part de la taxe qui était perçue au profit des départements ; dans l'instant rien ne change sur notre feuille d'impôt ! mais à l'avenir ...
Les habitants, contribuables locaux, mais aussi électeurs seront clairement et directement les financeurs de toute augmentation de la dépense... à travers la variation du taux de la taxe d'habitation ;  ils payeront au prorata d'une valeur de leur logis assez discutable et dont les écarts dans l'intercommunalité sont paradoxaux tant pour celle-ci que pour le foncier bâti. Leur révision est prévue.
Parallèlement, départements, partiellement, et régions, surtout, perdront cette précieuse capacité à faire varier leurs ressources en levant un impôt plus important que conserve le bloc local.

Les dépenses collectives à travers les CT devraient ainsi progressivement diminuer ou du moins ne plus augmenter. Là aussi c'était un des buts de la réforme, il sera atteint.
Dans la pratique, il est probable que les CT modifieront progressivement leurs champs d'intervention ; il est trop tôt pour savoir ce qui sera réduit, voire abandonné ou au contraire investi d'une plus grande importance. La réduction de la dépense publique est en route ; il s'agit d'un changement majeur, d'une rupture avec le dernier demi-siècle.
Il est donc sage de ne pas augmenter les taux maintenant pour conserver une liberté d'agir demain, mais il faudrait sans attendre rechercher dans notre fonctionnement et j'en reviens à notre budget communal, celles de nos dépenses de fonctionnement à diminuer. La maîtrise des dépenses, c'est le travail de la majorité en place ; ici vous, ailleurs nous!
Les déficits sont le fait de l'État et des organismes sociaux, non des collectivités locales, c'est bien entendu, mais la dépense publique est le fait de tous."

jeudi 28 janvier 2010

L'avenir de la base sous marine

Reporté au 6/02 même heure
Un magazine de telenantes, accessible sur la TNT, sera consacré à ce sujet samedi 30 à 13 h 30 !
Diverses entrevues avec le directeur d'Escale atlantique,
Eric Provost, l'adjoint concerné de J. Batteux ,
votre serviteur, etc.ont été réalisées;
En restera-t-il quelque chose de sensé à l'issue du montage ? 
A voir si vous êtes libre en début d'aprés midi

mercredi 27 janvier 2010

« Calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose ! »

Entendant récemment, des relations communes me confirmer une rumeur que Maud Cascinno répend à mon sujet, (Intérrogé par mes soins cette fin d'aprés midi, elle n'a pas même niée en être l'origine et le diffuseur) je me suis rappellé l'Air de la calomnie dans l'opéra tiré du Barbier de Séville de Beaumarchais dont j'ai retrouvé le texte sur internet ;

"La calomnie est un petit vent
Une petite brise très gentille
Qui, imperceptible, subtile,
Légèrement, doucement,
Commence, commence à murmurer.
Piano, piano, terre à terre,
À voix basse, en sifflant,
Elle glisse, elle glisse
Elle rôde, elle rôde
Dans l'oreille des gens
Elle s'introduit, s'introduit adroitement
Et les têtes et les cervelles
Étourdit et fait gonfler.
En sortant de la bouche
Le tapage va croissant,
Il prend force peu à peu,
Vole déjà de lieu en lieu,
Il ressemble au tonnerre, à la tempête
Qui au cœur de la forêt
Va sifflant, grondant,
Et vous glace d'horreur.
À la fin elle déborde et éclate, se propage, redouble,
Et produit une explosion
Comme un coup de canon,
Comme un coup de canon,
Un séisme, un orage,
Un tumulte général
Qui fait retentir l'air.
Et le pauvre calomnié,
Humilié, piétiné
Sous le fléau public,
Par grand malheur s'en va crever."

La suite au prochain conseil ... municipal,... car il faut toujours répondre, non à la rumeur, mais à son fondement ce qui suppose de connaître la rumeur et d'en comprendre la cause, en dehors de l'intention de nuire, bien sur.




Les gros sont plus lourds que l'air

Texte copier coller depuis "@rrêt sur images"
 
 Dans une chronique publié sur Le Gros.org (Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids), le psychiatre et psychotérapeute explique les raisons de son désaccord avec le directeur de la rédaction de L' Express.
 

Christophe Barbier, dans son éditorial de l'Express du 20 janvier 2010, considère qu'il est légitime de la part d'Air France de faire payer deux places aux obèses qui ne parviennent pas à s'insérer dans un seul fauteuil de classe économique des avions de la compagnie.
Son argumentation est la suivante : il y aurait deux sortes d'obèses, ceux qui sont des victimes d'un handicap génétique, qui sont donc des malades, et ceux qui seraient responsables de leur poids. Ces derniers seraient gros en raison d'un manque de volonté donnant lieu à des comportements alimentaires dérégulés et il serait donc légitime qu'ils paient.

Monsieur Barbier aurait sans doute mieux fait de retourner sept fois sa langue dans sa bouche ! Il s'avère avoir tort à de multiples niveaux.

Tout d'abord, Monsieur Barbier semble oublier que l'humanité est composée de personnes aux physiques variés : il y a des blancs, des jaunes, des noirs, des bigarrés, des grands, des moyens et des petits, des beaux et des laids, des gros et des minces, des personnes en bonne santé et des personnes souffrant de handicaps, et aussi, ainsi que nous pouvons le constater, des intelligents et des sots. Les lois actuellement en vigueur dans nos pays imposent que l'on accorde à toutes ces personnes les mêmes droits, et déclarent hors-la-loi toute discrimination pour des caractéristiques physiques.

Air France est une compagnie de transport aérien qui se fait fort de transporter des personnes humaines d'un point à un autre dans des conditions qui respectent leur statut d'être humain. Il ne s'agit ni d'un transport de marchandises, ni d'un transport de bétail. Elle se doit donc de tenir compte de la diversité humaine, de proposer des places adaptées aux femmes enceintes ou avec bébé, aux invalides, aux grands et aux gros. C'est au transporteur de s'adapter aux différentes conformations humaines et non pas aux êtres humains de s'adapter aux sièges d'Air France !

Monsieur Barbier nous assène que maigrir est affaire de volonté et que les gros en seraient donc dépourvus. Il reprend en cela les stéréotypes les plus navrants. L'obèse serait, selon ces stéréotypes, moins intelligent, moins volontaire, plus dépendant, plus passif, plus poussif que les personnes minces comme des barbiers.
Notre Barbier montre en cela son ignorance. Les études psychologiques menées ont toutes montré que les personnes obèses ne se distinguaient pas par un profil de personnalité particulier, ou une perte de points de QI.

Mais peut-être Monsieur Barbier en a-t-il après les qualité morales des personnes en surcharge pondérale ? Ne seraient-elles pas gourmandes, par hasard, et ne serait-ce pas là un des sept péchés capitaux ? Il se trouve que là encore, Monsieur Barbier n'a pas la vue très claire. Tout d'abord, bien des personnes en surpoids ont une consommation alimentaire ordinaire, voire en dessous de la moyenne, du fait d'un métabolisme abaissé. De plus, ce n'est pas dans leur gourmandise que s'origine leur gloutonnerie, lorsqu'elle existe, mais dans la souffrance.
La souffrance, Monsieur Barbier, la souffrance. La souffrance conduit à manger, et manger conduit à la souffrance, en particulier en raison de la prolifération des barbiers. Telle est la vie de l'obèse.

Le croiriez-vous, Monsieur Barbier, l'immense majorité des gros ne l'est pas par mauvaise volonté. Elle préférerait être mince comme un barbier. Elle s'acharne d'ailleurs à le devenir, elle y use sa vie, presque toujours sans succès.
Pourquoi, sans succès ? Parce que, comme vous le sauriez si vous parcouriez notre site, l'affaire est complexe. On est gros pour des motifs génétiques, physiologiques et neurophysiologiques, psychologiques, affectifs, sociaux. Il n'existe à ce jour aucune méthode simple, efficace dans la durée, généralisable à une population, qui permette de maigrir durablement. Pas de médicament efficace, pas de régime efficace, pas même de volonté efficace. Il n'existe que des chemins étroits, incertains, ardus, des solutions peu répandues et qui ne donnent pas de résultats à coup sûr, que nous nous efforçons quant à nous de mettre en œuvre avec nos patients, le plus honnêtement possible.

Ah, que j'aimerais que vous ayez raison, Monsieur Barbier. On aurait un peu de volonté, on ferait un petit régime, acte de contrition pour ses péchés alimentaires, et hop, on serait mince comme barbier. On monterait alors dans l'avion, on serait en route pour le ciel.
Malheureusement, malgré les flagellations alimentaires, malgré le volontarisme forcené, le corps résiste, et le mental aussi.
Monsieur Barbier, vous qui êtes au ciel, au Paradis des minces, s'il vous plaît, ne fustigez pas ceux qui aspirent tant à vous ressembler. Priez pour les gros qui désirent tant vous rejoindre à 30.000 pieds de haut, dans un seul siège.

Texte de Gérard Apfeldorfer - Psychiatre et psychothérapeute spécialisé dans l'étude des comportements alimentaires et dans le traitement de ses dysfonctionnements.

mercredi 20 janvier 2010

Des nouvelles du déja candidat à la mairie de SN : Belliot Robert

La gestion des affaires de la mairie de Pornichet devrait porter les nazairiens à lui confier les responsabilités suprêmes en 2014 ; C'est du moins ce qu'il nous a expliqué lors d'une réunion interne de l'UMP 8° où il s'était invité et d'une conférence de presse répercutée par PO, OF et la presqu'île.
Or, selon l'opposition pornichetine, la dite gestion serait discutable et le climat n'est pas très chaleureux dans les services même de M. Belliot ou dans les rapports avec commerçants et associations ; certains même le décrivent comme un autocrate du même acabit que celui qu'il veut remplacer à SN ; ne le cachons pas : si cette capacité à l'autocratie se confirme, il a des chances à SN.
Mais peut-on croire le Modem Pornichetin ou un thuriféraire du regretté Lambert devenu bâtonnier de notre Barreau ?
Jugez en vous même :
http://pornichetlepoulpe.blogspot.com/ sous le titre bérézina budgétaire
Naturellement, nous n'en croyons pas un mot !

À Nantes, la mairie respecte la loi

À Nantes, 13 écoles totalement fermées jeudi
Suite à un mouvement de grève dans la fonction publique jeudi, des perturbations sont attendues dans les écoles. 
55 écoles sont concernées par un service minimum d'accueil. 
13 écoles sont totalement fermées.
Pour les écoles concernées par le service minimum d'accueil, consulter le site www.nantes.fr.
Les familles qui n'ont pas de solution de garde doivent s'inscrire auprès d'Allonantes au 02 40 41 90 00. 
A quand la même chose à St-Nazaire ?

mardi 19 janvier 2010

Premier Quizz pour Tintinophiles bien frappés

Du à l'obligeance amicale et tintinesque de Gilbert H. Gravet : malheureusement les illustrations ne passent pas
Merci de trouver ci-après quizz reçu en fin d'année des services du  Ministère de la Propagande BORDURE.
  Afin de clarifier la communication, seule la version traductionnée sera donnée en clairement langue Syldave.
 (Le sitoyen  Bordure étant parfaitement bilingue comme tout le monde la sait)          
                  MINISTERE DE LA PROPAGANDE
                                     RTB / République Totalitaire  BORDURE  
                                  1er QUIZZ BORDURO-SYLDAVE 2010
Duratation 1 :

Nom du ministre de l'air de SYLDAVIE ?
Qui est KRONICK ?                          
Quelle est la couleur des cheveux de CLAIRMONT ? 
    Duratation 2 :

    Quel Général est mort en 1899 ?
    Citez un livre lu par Tintin.
    Quelles sont les 3 décorations reçues par Tintin ?
     
    Duratation 3 :

    Qui a crée la Syldavie et la  Bordurie 
    Quel métier exerça le frère d'Hergé, Paul ou Pol, après avoir quitté l'armée  
    Quels étaient les titres envisagés pour les 3  Tintin inachevé ?

      Extrême Duratation :

      Pourquoi le frelon dort ? 

        Zalutations et meilleurs vœux !
        Szohôd les Nantes, le 13 /01  / 2010 :
             Le Ministre :
             Kosdan L' MIKROO   
                                                                                                                                                                                                                                                                                           

        lundi 18 janvier 2010

        Immigration jetable : un slogan mensonger !

         
        En 2009 173 991 titres de long séjour ont été délivrés, soit une baisse de 3,7 % par rapport à 2008,
        et 108 275 étrangers ont été naturalisés (+ 0,1 %) en 2009, précise le ministère.
        Soit 282 266 habitants réguliérement présents de plus. C'est pas ce qu'on appelle se faire jeter !
         
         
         

        dimanche 17 janvier 2010

        Les crises économiques sont provoquées par les politiques monétaires expansionnistes des banques centrales".

         
         
        "...C'est la Federal Reserve présidée par Alan Greenspan, appliquant une idéologie inflationniste, qui est directement responsable de la crise actuelle pour avoir traité pendant des années chaque chute boursière, tension monétaire ou ralentissement économique par la baisse maximale du taux d'intérêt à court terme, l'inondation de liquidités créées ex nihilo, la multiplication à l'infini du crédit, tout en permettant aux banques de se livrer à toutes sortes d'innovations financières (la titrisation du subprime par exemple) reposant sur des actifs fondants dont l'accumulation les a collectivement menées près de leur ruine (comme UBS, Citigroup, Bank of America-Merrill Lynch, la plupart des banques britanniques ou belges, etc.). Et pour certaines à la faillite pure et simple: outre Bear Stearns et Lehman Brothers, plus de 140 banques ont récemment disparu aux USA! C'est encore la Federal Reserve qui a incité les banques à abandonner l'intermédiation (dans laquelle elles portent leur risque de crédit dans leurs bilans et s'assurent préalablement de la solvabilité des emprunteurs) pour la titrisation (qui leur permet de vendre avec profit à des tiers leur risque de crédit qu'elles n'ont plus à assumer, puis de libérer de nouveaux fonds propres pour prêter plus encore avec un effet de levier et donc un rendement espéré tous deux supérieurs). Sans risque pour les plus grandes d'entre-elles puisque le cartel (la Fed) est presque toujours là pour les sauver. ..."
         
         
         
         
         

        samedi 16 janvier 2010

        Le titre était enjoleur : "le Système Batteux"

        L'"Express" et la succession du "Maître de la ville"
         
        On pouvait s'attendre, à l'issue d'un long entretien avec Pierre Yves Lautrou, à une analyse de la situation de la ville, à une réflexion sur les facteurs d'une telle longévité du maire et d'une telle concentration du pouvoir entre ses mains : espoir déçu !
        À croire que notre ville ne mérite pas une réflexion poussée ou bien est-ce plutôt qu'il est plus facile et consensuel de parler de la succession ou plutôt des successeurs possibles ?
         
        Un point intéressant toutefois ; tous les interrogés, et le premier intéressé lui-même, qualifient d'autocratique le système de pouvoir en place .
        Unir les oppositions de la droite à la gauche pour rétablir les mœurs républicaines dans le fonctionnement de la cite (Ville et Carene) : un beau projet de rassemblement auquel nous serions ravis de participer s'il était enfin compris, à droite comme à gauche, que seule la défaite du PS libérera les énergies de notre cité.
        Malheureusement, les événements de ces derniers mois montrent que les réflexes de pureté idéologique pour certains, de clans ou de quête de place pour d'autres, empêcheront une union dans l'intérêt de la cité.
         
        Quant au projet pour Saint-Nazaire des potentiels premiers magistrats socialos, on ne saura rien pour l'instant.
        Gageons que pour l'emporter devant la section socialiste, ces messieurs feront surenchère de positions gauchistes ; il leur sera difficile, ensuite, de revenir sur terre pour présenter quelque chose de nature à dynamiser l'électorat, mais devons-nous nous en plaindre ? Cela pourrait se révéler favorable à un vrai changement.
         
        En attendant cette échéance, nos partis politiques, leurs élus, militants se disputeront des places plutôt que de tenter de comprendre le rejet par notre peuple de leur propositions.
        "Jusqu'à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?...
         
         
        Sans rêver, ne pourrait-on pas concevoir qu'il y ait, une entente de tous, PS inclus, sur quelques dispositions qui feraient l'objet d'une charte (c'est à la mode) pour le prochain mandat ; par exemple et sans exhaustivité :
        1) le Maire ne sera pas le président de la Carene, les vices présidents ne seront pas adjoints du maire et ceux-ci ne seront pas délégués à la Carene
        2) le maire et le président de la Carene n'occuperont aucune fonction dans d'autres collectivités territoriales
        3) le nombre d'adjoints et de délégués auprès des dits sera réduit
        4) les commissions municipales seront réunies indépendamment de la tenue des conseils et en sus ; elles ne seront pas présidées par un membre de l'exécutif sauf obligation légale ; les décisions, les projets de l'exécutif y seront présentés.
        5) le maire réunira en dehors du bureau municipal, une conférence des présidents de groupe chaque mois pour les tenir au courant de l'évolution de l'action et des projets municipaux
        6) l'opposition présidera  une commission
        7) chaque année, l'opposition pourra déclencher une commission d'enquête dont elle choisira librement l'objet, assurera la présidence, le rapporteur appartenant à la majorité
        etc.
         
         
         

        jeudi 14 janvier 2010

        BM de SN Attractivité et Propagande !

         
        Dans son numéro de janvier, le Bulletin municipal de notre bonne ville se permet page 22 et 23 un titre ébourrifant :
         
        "25000 Nouveaux habitants de plus en 7 ans"
        surmonté en jaune et plus petit caractére de
        "une enquête ... révèle l'attractivité grandissante de Saint Nazaire et de sa région"
         
         
        Malheureusement il ne s'agit pas de notre ville, mais des autres communes de l'aire urbaine ;
        celles qui attirent sont pour l'essentiel des communes non gérées  par la gauche : St André, St Lyphard, St Molf, Herbignac, Assérac voila où l'on construit le plus!
         
        (Pour savoir comment est constitué l'aire urbaine voire http://fr.wikipedia.org/wiki/Aire_urbaine_de_Saint-Nazaire )
        car en fait l'article est un copier-coller !
         
        On trouve des perles dans l'article du BM :
         
        Les Ouvriers ne restent pas dans le paradis nazairien, gérés pour eux pourtant, mais vont s'installer dans le periurbain éloigné ; quels ingrats !
        31% seulement des logements sont construits durant la période examiné à SN ; Ce qui confirme encore une fois nos analyses développées pendant la campagne electoral
        Les 25 000 habitants nouveaux ne sont pas des habitants en plus mais des habitants qui n'étaient pas là, spécialement des retraités, mais d'autres sont partis ou décédés ( solde naturel négatif des communes à retraités mais solde migratoire trés positif)  Les départs à la retraite ou leur préparation sont un des fondements principaux de l'arrivée de nouveuax habitants
        etc. etc.
        Mais dans le BM comme dans l'article ADDRN -INSEE, on le culot de nous parler de l'attractivité de Saint Nazaire.
         
        C'est de la bonne propagande ;peut être est ce un bon moyen de repondre au fil ci dessous ?
        Le dynamisme de la Baule est-il un exemple à suivre ?
         
         

        mercredi 13 janvier 2010

        Editorial de notre groupe paru en janvier

         
        Le 20° édito, parution en janvier 2010, remis le 16/12, est rédigé par Christian Bertin.
        Afin de ne pas envenimer une situation déja tendue, j'ai laissé figurer ma signature ce qui ne sera plus le cas à l'avenir et dés le prochain editorial de février qui sera rédigé par Maud Cascino qui avait déja écrit celui paru en novembre  "Mixité sociale : de l'image d'Epinal à la réalité."
        Le dernier écrit par mes soins est celui sur "La réforme de l'impôt local sur les entreprises." distribué avant Noêl.
         
        Jean Louis GARNIER
         

        mardi 5 janvier 2010

        Faut-il supprimer la Halde ?

         
        C'est en tout cas ce que j'ai préconisé lors du dernier conseil municipal de SN en décembre 2009 dans la réponse que j'ai dû faire à l'ensemble des groupes qui attaquait l'actuelle réforme, lancée par le gouvernement, des diverses autorités administratives indépendantes.
         
        Après avoir expliqué qu'il ne s'agissait pas de faire disparaître des voies de recours pour les citoyens, mais d'un recadrage de fonds et de forme, je regrettais que notre gouvernement n'ait pas inclus la Halde dans cette réforme, la qualifiant de police de la pensée et de "Sainte Inquisition" .
        Mes 2 colistiers me firent immédiatement savoir qu'ils étaient en désaccord avec moi ;
         
        Voilà que si je suis seul au conseil municipal, d'autres, heureusement, argumentent dans le même sens que moi !

        Riposte Laïque : Vous avez accusé la Halde de monter les Français les uns contre les autres. Récusez-vous l'ensemble de l'action de l'association présidée par Louis Schweitzer ?

        Malika Sorel : Je trouve complètement incohérent de vouloir travailler à l'intégration et au développement de sentiments fraternels entre les individus, quand dans le même temps on œuvre à dresser sans cesse des catégories de Français les unes contre les autres. C'est absurde, contre-productif et irresponsable. Cela ne peut en effet qu'engendrer frustration, haine et ressentiment des uns envers les autres.

        Il y a un vice à la base de la création de la Halde, et c'est là que l'on voit que les hommes politiques connaissent très mal les règles élémentaires de la gestion des hommes. On ne laisse en effet jamais à un individu, ou à un organisme, le soin de créer lui-même sa propre charge de travail. Pour continuer de vivre, la Halde n'a d'autre choix que de voir des discriminations partout, quitte à les inventer. L'attaque de la Halde contre le poème de Pierre de Ronsard « Mignonne allons voir si la rose », qui serait un texte « anti-vieux » car il véhiculerait une image négative de la vieillesse, illustre à la perfection la folle dérive de l'idéologie de la lutte contre les discriminations.

        Je reproche à ceux qui ont créé la Halde d'avoir mis en place une institution dont la nature même ne peut qu'injecter encore plus de haine dans notre société. C'est donc une action politique irresponsable, car notre société n'avait vraiment pas besoin de ce supplément de haine. Elle va avoir beaucoup de travail, et cela lui prendra beaucoup de temps, pour extraire le poison de la haine que l'idéologie de la repentance a injecté dans le cœur des enfants issus de l'immigration extra-européenne.

        Sur tous les autres sujets dans lesquels la Halde intervient, elle ne conduit guère d'analyse globale des problèmes. Elle ne fait que traquer et débusquer ceux qui discrimineraient afin de les sanctionner. Sur la question de l'égalité hommes-femmes, par exemple, il n'y a aucune réflexion approfondie quant aux raisons, inhérentes à notre société, qui finissent par faire du monde du travail une jungle pour les femmes. Là aussi, on ne travaille que sur les symptômes, jamais sur les sources profondes du mal afin de les tarir, jamais sur la maladie afin de la guérir.

        De ce fait, les symptômes sont destinés à toujours réapparaître. Les discriminations, lorsqu'elles sont avérées, doivent être traitées par les juridictions déjà existantes, et jamais par une structure dédiée ! Les problèmes qui conduisent à ces discriminations doivent quant à eux être traités par la classe politique avec tout le sérieux qu'ils méritent. Je l'ai déjà dit : selon moi, la Halde devrait être supprimée. Je suis partisane de la réflexion profonde, de l'esprit de cohérence, de la pensée critique et de la liberté de pensée et de jugement.

        Qu'est ce qui peut expliquer la stagnation de la population de Saint-Nazaire ?

        "À qui fera-t-on croire qu'une ville est en développement quand sa population stagne !
        Comment peut-il y avoir un dynamisme du commerce, des lieux de loisirs… ? Une ville vivante !?"
        Disions nous dans notre premier tract de campagne en décembre 2007.
         
        L'INSEE vient d'annoncer que nous étions 68 522 fin decembre 2007, soit moins que dans les années 1970 où nous avions approché les 70 000 habitants, 69251 annoncés en 1975. A la marge d'erreur prés, nous sommes enfin autant qu'en 1982, 68 348 h avant l'effondrement de 1990 :
         
         
        Population
          2005 1999 1990 1982
        PSDC 67200 65 874 64 812 68348
         
        Pendant ce temps la population de la France a augmenté de plus de 30% !
         
         
         
         
         

        vendredi 1 janvier 2010

        "Auld Lang Syne " le chant du nouvel an

        « La plus douce des musiques de ce côté-ci du paradis »
         
        ou
         
        Une des plus émouvantes , en tout cas, adaptés en français par les scouts "ce n'est qu'un au revoir"  dit "chant des adieux" pas le même contenu que l'anglo-saxon pour le même son:
         
        "Auld Lang Syne "a été décrite, à juste titre, comme la chanson que personne ne connaît, mais que tout l'univers anglophone chante pour dire adieu à l'année qui se termine et saluer celle qui débute.

        Cette chanson conjugue avec bonheur une note de convivialité et un sens poignant de perte, l'humeur qui convient tout à fait à la veille du jour de l'An quand nos pensées sont suspendues entre regret et attente.

        La version qui est fredonnée aujourd'hui vient d'une ancienne chanson remaniée par un barde écossais du XVIIIe siècle, Robbie Burns, «une chanson de jadis», dit-il, qu'il a entendu interpréter par un vieil homme et qu'il a améliorée en lui donnant les paroles que nous chantons maintenant, enfin… que nous essayons de chanter.

        «Should auld acquaintance be forgot? And never brought to mind? Should auld acquaintance be forgot? And auld lang syne?»
         
        En français :