« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"
"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

Dans tous les pays où les musulmans sont minoritaires, ils sont obsédés par les droits des minorités, dans tous les pays où les musulmans sont majoritaires, il n'y a PAS de droits des minorités.

mercredi 28 septembre 2011

Retour sur le conseil municipal (suite) du 23/09/11

J'ai souvent l'occasion de constater que sur la plupart des délibérations je suis, avec Éric Edom, le seul intervenant contre les propositions de la majorité et plus encore lorsqu'on passe au vote !
Il en fût de même, cette fois-ci, malgré le climat de fortes colères contre la majorité exprimé à l'occasion de la délibération sur le règlement intérieur ;
Le groupe centriste sorti néanmoins de son silence habituel grâce aux 2 interventions** de Jean Christian Diat, enfin parvenu à faire court, dont celle, remarquable, sur la situation économique et sociale abordée à l’occasion du rapport de la chambre régionale des comptes.
Il a eu le mérite d'aborder dans sa première intervention une question centrale qui explique aussi la dégradation des rapports entre la majorité du conseil et les oppositions : " ... il serait interdit (à l'opposition) d’en (la situation économique et sociale) parler au Conseil Municipal, dans un lieu qui est au niveau local, le centre de la vie politique ! " a-t-il très justement déclaré.
Les adjoints ne se privent pas, eux, d'attaquer la politique gouvernemental lors de leurs présentation, par contre et par exemple!
J'ai fait remarquer à M. Provost que, sans politique gouvernemental favorable, il ne pourrait se vanter de la construction du théâtre; il en est de même d'ailleurs pour la création de voies réservées* pour les bus.
Mais il est vrai que nos socialos représentent le bien, la bonne politique menée dans l’intérêt général même quand ils se foutent dedans.
Intervenant derrière mon homonyme Bernard au sujet de la délibération sur l'Erika je remarquais que la situation juridique n'avait pas changé depuis notre délibération du 7 mai 2010; qu'alors, ils avaient refusé, avec force, la décision de la cour d'appel et que, maintenant, ils nous proposaient de signer une convention pour son application sous réserve d'un point dont est saisi la cour de cassation.
Soit la position que j'avais soutenu l'an dernier à l'appui de mon abstention !
Je suis bien sur ravi de les voir rejoindre mon point de vue un an après. Déguster un pastèque fraiche par cette température caniculaire est un vrai plaisir.
Je dois regretter que Nathalie Bruneau n'ait pas soutenu un discours plus long sur le contrat d'objectifs du fanal; elle m'avait annoncé qu'elle l'avait lue entièrement et je m'attendais à mieux qu'une intervention d'une minute 05.
La culture de Nathalie, par ailleurs femme d'extrême gauche, est admise par tous, sauf les ignares, dans notre conseil. Son avis m’importait donc beaucoup. Dommage !

P.S. :
*Je parle des voies réservées et des aménagements connexes de voirie, car je reste fort inquiet du niveau de l'offre de services qui me paraît insuffisante pour déclencher un changement de comportement des nazairiens !
** Jean Christian Diat réussit le tour de force de présenter une critique de la situation économique acceptable aussi bien par les libéraux que par la gauche étatiste.

Addendum : Notre groupe a aussi voté contre le rôle d'éditeur que se donne la mairie de Saint-Nazaire qui non seulement subventionne avec les autres Collectivités socialos une revue confidentielle, "Place publique", à la gloire de l'action passé et présente de la gauche étatiste dans notre département, mais assure l'édition de quelques artistes qui viennent nous visiter ; je pense que cela n'est pas le rôle de nos collectivités.

Du pouvoir ...

"Nous savons tous, à force d'avoir entendu répéter la formule de Lord Acton, que le pouvoir corrompt. Nous sommes, en revanche, moins conscients du fait qu'il engendre la sottise ; du fait que le pouvoir d'ordonner provoque souvent l'incapacité de penser." in Barbara Tuchman : La Marche folle de l'histoire, Robert Laffont, Paris, 1985.
A tous les échelons, de  l'état à la municipalité, remettre en cause notre organisation, notre régime politique, celui de la monocratie, celui de nos monarchies avec leurs cohortes de courtisans !
N'est-ce pas ce qu'aurait du déclarer notre opposition vendredi dernier ?
Lire sur le site de la droite libre

mardi 27 septembre 2011

Les contes des energies durables

A découvrir en cliquant ici

Il s'agit de l'étude, à partir du cas de la "politique" allemande de l'énergie, de l'efficacité et du coût des énergies "renouvelables".
Bonne lecture !

Retour sur le conseil municipal de St-Nazaire du 23/09

Un conseil tellement riche qu'il en était fatiguant : 4 h 30 d'attention continue et d'interventions , pour ma part du moins, multiples sur tous les pôles. La presse s'est fait l'écho de certaines d’entre elles.
Difficile pour les conseillers d'opposition qui ont à peine cinq jours pour rentrer dans les sujets de remplir leurs fonctions sans tomber dans l'affrontement vain !
Par solidarité avec le reste de l'opposition, notre groupe a voté contre la modification du règlement intérieur proposée par l’exécutif ; modification bien anodine et en rien liberticide à mes yeux : la maladresse du maire, qui aurait du nous recevoir ou faire recevoir pour présentation d'une question qu'il savait sensible, n'est pas vraiment en cause dans la vivacité de la réaction de nos collègues ex Modem ou d'extrême gauche. 
Ceux-ci perpétuent l'erreur qu'ils ont commis dés leur candidature : croire que la liste, l'alliance, qu’ils avaient combattu, restée majoritaire, les associeraient, ne serais-ce que marginalement, à l'exercice du pouvoir, d'autant que l'élection avait démontré que cette union était minoritaire dans la population.
N'ayant jamais partagé cette illusion, nous nous contentons d'essayer d'obtenir un peu plus que le minimum légal en matière de transparence et de défendre le point de vue des électeurs qui nous ont envoyé au conseil.
Nous sommes satisfait quand nous y parvenons et que nos positions parviennent à l'extérieur de notre assemblée. Lorsqu'un dialogue, même s'il aboutit à un refus, s'instaure comme sur le Schéma départemental d'intercommunalité ou l'état de la sureté dans notre ville, entre autres, nous nous réjouissons.
Sur le SDIC, nos positions me semblent tout à fait conciliables, je ne vois aucun inconvénient à rajouter "Loire et Sillon" aux 3 communautés dont je proposais l'union et j'ajouterais la communauté de Ponchateau qui releve aussi des mêmes caractéristiques géographiques "partageant, en plus de la présence humide de l'eau douce et salé, la même situation géographique de finisterre,  unis par de fort liens économiques et constituant pour leur population une seul zone d'emploi et de vie". 
Chacun défendant l'émirat, l'intercommunalité, dont il est souverain, les résistances se manifestent mais je n'ai pour ma part aucun pot de beurre à défendre ; j'ai donc toute liberté pour proposer la mutation que l'avenir de nos populations demande.

PS : Le mot émirat fit bondir Michel Ray qui me fait face au conseil ; Afin d'éviter tout déviation du débat (le politiquement correct semblant interdire l'usage de tout mot ou notion issue d'une civilisation différente) je le remplaçais donc par principauté dans la seconde qui suivit, reprenant là l'usage lancé par M. Izorce pour Saint-Nazaire. 

Pour son édification et un bon aperçu de la richesse de la langue française, je lui donne ci-dessous la liste des synonymes établie par mon correcteur :

ÉMIRAT : Dignité — beylicat, consulat, décanat, directorat, haut-commissariat, khalifat, khédivat, landgraviat, lectorat, magistère, mairie, majoralat,   maréchalat, notariat, pairie, préfecture, présidence, principauté, proconsulat, procuratie, régence, rhingraviat, royauté, sommellerie, sous-préfecture, sultanat, tutorat. 
Précisons que le nom de la dignité nomme à son tour le territoire ou les services que couvre cette dignité (fonction)

jeudi 22 septembre 2011

Conseil du 23/09/11 ; Un ordre du jour surabondant

Ce n'est pas les 64 délibérations qui posent problème ; le nombre ne fait pas la qualité ou l’intérêt de la délibération ; 30 délibérations constatant une adhésion à expropriation s'épuisent en quelques instants sans débats.
Sont prévues à l'ordre du jour 8  délibérations dont le contenu exigerait un réel échange entre les conseillers et un examen attentif ; c'est le cas par exemple des projets visant :

1. Conseils de quartier Charte fixant la composition et les modalités de fonctionnement - Règlement interne - Modifications Il s'agit de porter un jugement sur l'efficacité de ce qui a été entrepris
2. Le Fanal, Scène Nationale – Contrat d’objectifs 2011-2014 correspond au programme de notre nouveau théâtre (le projet fait 45 pages denses)
22. Conseil Municipal – Règlement intérieur
25. Marée noire - ERIKA - Naufrage du navire - Convention d’exécution de l’arrêt de la Cour d’Appel de Paris en date du 30 mars 2010
47. ZAC du Courtil Brécard - Aménagement de la zone - Modification du dossier de réalisation
26. Schéma Départemental de Coopération Intercommunale. Question essentielle liée à la mise en place de la réforme des collectivités territoriales
54. Chambre Régionale des Comptes - Observations définitives concernant la Commune de Saint-Nazaire (années 2005 et suivantes) - Communication.
56. Chambre Régionale des Comptes - Observations définitives concernant la gestion de l'Office Municipal de la Jeunesse (années 2006 à 2009)

 Les 3 derniers sujets à eux seuls justifierait la tenue d'un conseil
Le conseil doit être un lieu de débat et non une chambre d'enregistrement
 addendum du vendredi 23 :
Et j'en avais oublié une en faisant la liste  :

27. Création d'une mission médiation tranquillité publique - Conventions avec les différents partenaires

mercredi 21 septembre 2011

SAINT-NAZAIRE ; rapport de la chambre régionale des comptes

Le rapport porte sur l'activité des années 2005 à 2009.
La gestion financière n'est pas critiquée sauf sur un point que l'on retrouve d'ailleurs dans l'examen des autres observations : l'information des conseillers municipaux.
" La bonne information du conseil ne ressort d'aucun document écrit" n'hésite pas à écrire la chambre page 7.
Information importante pourtant ; l'observation visée montre que l’exécutif nazairien s'est fait tromper par la même banque que bien d'autres et que seul notre faible niveau d'emprunt à empêcher une catastrophe : Le maire et son adjoint ont substitué à des emprunts classiques deux emprunts indexés sur le dollar et le Franc Suisse !

Les observations sur la mise en œuvre de la "politique de la ville" représente la moitié du rapport de la chambre!
Il y est confirmé au passage que l'information du conseil municipal ou de l'état n'est pas le premier souci de l’exécutif municipal : Page 18 la ville n'a pas fourni les bilans annuels prévus dans la convention ANRU, page 16 le rapport pluriannuel de 2006 sur le CUCS n'a pas été fourni au conseil!
A savourer ! Ainsi que le rapport sur l'OMJ.

mardi 20 septembre 2011

Banques françaises, dettes grecques et autres


Leur exposition à la dette publique grecque est faible : une douzaine de milliards de dollars, mais leur exposition aux dettes des entreprises grecques est très importante,



samedi 17 septembre 2011

Loi SRU et libertés communales : une vrai question

Lorsque ce mardi, j'évoquais, dans le titre du post sur l'affaire de Pornichet, la mise en jeu des libertés communales, je n'osais espérer une réaction rapide et appropriée des élus locaux de droite ; j’apprends, avec plaisir, ce matin par Ouest France, la réaction en ce sens du maire de La Baule qui va tenter de faire saisir le conseil constitutionnel par le biais des QPC ( questions prioritaires de constitutionnalité).
Notons de plus que cette substitution de l'état à la commune pour exercer le droit de préemption est, en l'état des finances de celui-ci, curieuse pour le moins . A moins que l'administration envisage de le faire en imposant aussi la dépense à la commune...

La loi SRU est une loi liberticide et contre productive qui comme la plupart des interventions étatiques en la matière entraîne des effets paradoxaux ; Faut-il rappeler que le déséquilibre du marché de la construction en France date de l’après guerre de 1914 lorsque le moratoire générale des loyers fût prolongé pour déboucher à la libération sur l'incroyable loi de 1948 ?

Certains sur info-pornichet  me demandent, avec ironie, si je crois en l'intervention de promoteurs philanthropes!  J’espère bien que cette catégorie n'existe pas ! Pas plus d'ailleurs que celle de l'entrepreneur philanthrope ; Un économiste du siècle dernier disait très crument attendre la qualité de son Steak plutôt de l’appât du gain de son boucher que de sa philanthropie ; Que celui-ci ait ensuite dans sa vie citoyenne des interventions financières philanthropes, très bien !
On attend des entreprises, et cela vaut pour les promoteurs et toute l'activité immobilière, qu'ils soient des agents économiques efficaces !

vendredi 16 septembre 2011

La chute du locatif privé : catastrophe nationale

Selon l'INSEE, il y avait en 1985, dans notre pays, 20 837 000 résidences principales dont 6 454 000, soit 31% du logement, étaient fournis par le locatif privé ;
en 2007, il y a 27 278 000 résidences principales soit 31% de plus. mais le locatif privé n'en fournit que 6 527 000 , 1%  de plus, soit 24% du logement !
La satisfaction du besoin  a été assuré par les  logements occupés par leur propriétaires qui ont progressé de 42.5% , 4 683 000 logements de plus représentant en 2007 57.5% du logement contre 53% en 1985. Le locatif social est passé de 16,2% du logement à 18,5%.
La construction, à ce titre, de plus d' 1 600 000 logements financés par le secteur public devrait être suivi du même volume pour atteindre l'objectif de 20% de la SRU.
Même sans la crise actuel de la dette public, ce n'est pas par le logement social qu'on fera face au besoin de logement de la population !
Le financement du logement ne peut être assurer que par les particuliers qui soit financent leur propres logements soit, placent leurs économies dans le logement d'autres personnes;
Il faut donc leur donner la plus grande liberté pour le faire et non pas multiplier les réglementations qui affaiblissant l'autonomie des décisions du propriétaire tant de terrains à bâtir que de logements neufs ou anciens les découragent d'investir et donc de loger leur compatriotes.
Les décisions du gouvernement actuel de taxation des ventes autres que la résidence principale, de taxation des loyers trop (!) élevés,  suivant celles de diminuer la provision sur frais de réparation ou le régime de cautionnement sont tout autant socialistes et contreproductives que celles prises sous le gouvernement de M. Jospin.

De ce point de vue là, les mesures contre un maire de droite pas foutu de négocier habilement sa soumission apparente*,  relèvent du contentement suffisant, voire de la délectation de la haute fonction publique et des socialistes locaux, mais en aucun cas de la satisfaction des besoins de logements de nos concitoyens.

* Notons que son prédécesseur socialiste était beaucoup plus habile!

mardi 13 septembre 2011

Pornichet : Belliot défenseur des libertés communales et individuelles !

J'ai failli écrire, paraphrasant l'inénarrable Laurent Fabius, que le maire de Pornichet avait juridiquement tort mais politiquement raison ; c'est bien là le cœur du problème !
Il y a une loi, la loi SRU, qui fait peser des contraintes sur toutes les opérations immobilières jusqu'à prévoir de châtier les contribuables dont les conseils municipaux ne s'empressent pas de suivre les instructions, en leur faisant supporter des amendes!
Cette loi , profondément perverse, est d'essence plus que socialisante, soviétique ! Quelques courageux députés UMP ont tenté, en vain, d'en modifier les dispositions qui outragent le plus les libertés des communes, des promoteurs et des propriétaires ; sans succès, notre haute administration et la gauche ont fait capoté cette tentative et maintenu le cadre juridique de la SRU.
Lorsque notre groupe, à l'occasion de la consultation du conseil municipal de Saint-Nazaire sur le PLU de Pornichet, avait donné un avis favorable alors que la majorité socialiste votait contre, j'avais fait remarqué que dans une commune dont la moitié des logements sont des résidences secondaires, il convenait, même dans l'esprit de la loi, d'appliquer le pourcentage d'habitat social aux seules résidences principales.
Rappelons au passage que nos hauts fonctionnaires avaient déjà inventés, il y a 50 ans ce  grand succès architectural, social et humain que sont les cités de grands immeubles des banlieues de nos villes.

Les dispositions de la loi SRU entrainent la chute de la construction neuve de tout type par les comportements de rétention , d'évitement qu'elles génèrent ; Comportements auxquelles les gouvernements tentent alors de pallier en relançant l'investissement immobilier privé par l'édification d'"Usines à Gaz" fiscal et juridique tel le fabuleux Scellier qui à leur tour ont des effets induits contre lesquels d'autres mesures à leur tour.... etc. etc.

Nos socialistes locaux rajoutent à cela leur petite part de règlement dans le PLU,  le plan local d'habitat puis s'étonnent des résultats obtenus ! Une nouvelle nuit du 4 aout est nécessaire : le code de l'urbanisme doit être supprimé ! Pour commencer, il faut exiger des députés de droite et du centre l'abolition de la loi SRU.

lundi 12 septembre 2011

Un site à connaître et fréquenter

Ce site ( cliquez pour suivre le lien) est dédié aux millions d'Européens qui, malgré d'incessantes campagnes de désinformation, ne croient pas que les Juifs ne sont capables que du pire ; ......

Par ailleurs voir cette page qui en trois photos présente l'évolution de l'Egypte

Un dimanche à la Baule

L'ambiance était détendu voire joyeuse et optimiste parmi les adhérents et militants UMP de la Loire-atlantique venus nombreux à la Baule malgré la pluie du matin.
Tous se bousculaient mais joyeusement pour se faire photographier à coté de Frédéric Lefebvre, d'André Trillard ou de Philippe Boennec. 
Les annonces du "renoncement" de JlleBrigand et de la constitution de la liste "Pastèques maintenues" apaisaient les craintes d'un raz de marée rose dans notre département.
On vit passer brièvement Robert Belliot qui s'était pourtant inscrit pour le déjeuner.
Je rencontrais quelques radicaux en rupture de ban comme moi, aperçu quelques ambitions, croisé un ou deux judas  toujours décidés à nuire mais vite oubliés dans la solidarité ambiante. Contrairement à ses déclarations de l'an dernier, Danielle Rival vint me serrer la main ce que j'acceptais bien volontiers.

vendredi 9 septembre 2011

Une remarquable définition de ce qui fait la nation

Un extrait d'une conférence de Malika Sorel  à lire en entier bien sur en suivant le lien :

"Parler de pacte social sous-entend que nous sommes en présence de plusieurs acteurs qui ont scellé un accord. Aucun pacte ne peut perdurer dans le temps si le sentiment de confiance, le sentiment de justice et l’esprit de responsabilité (qu’il soit individuel ou collectif) sont bafoués ou ne sont pas respectés.
Nous affrontons, et c’est le cas dans la plupart de nos démocraties occidentales, une véritable crise de confiance ; crise de justice et crise de l’esprit de responsabilité. Consolider ou jeter les bases d’un nouveau pacte social est un travail qui s’impose d’urgence. Cela requiert, entre autres, de la cohérence, de l’honnêteté, une dose d’abnégation de la part des dirigeants qui doivent donner l’exemple surtout en temps de crise, et l’adoption d’un langage de vérité."

mardi 6 septembre 2011

Le devenir de l'UMP 44 réel enjeu de la sénatoriale dans le département ?

On peut en tout cas se poser la question lorsqu'on lit les motivations de Mmes Jozan et Cascino ;
la fréquentation, en nombre, mais aussi  la qualité, l'origine géographique ou politique des participants à la fête départementale de l'UMP à la Baule ce dimanche seront une première possibilité d'apprécier l'évolution en cours: simple ride, mascaret ou tsunami !
D'autant que les candidatures seront closes la veille au soir et qu'il se pourrait bien qu'une liste de dernière minute viennent redistribuer les scénarios au profit de la liste unie de la gauche ; situation inverse de celle d'il y a 9 ans où la désunion de la gauche avait permis à la droite de récolter 3 sièges!

Rectification du 7/09/11 : les candidatures peuvent être déposées jusqu'au vendredi 16/09 à 19 h ; je me suis trompé d'une semaine ce qui n'enlève rien à l'importance de la participation au rassemblement de l'UMP;

Aux dernières nouvelles, tenteraient de conquérir les suffrages des grands électeurs du centre et de la droite en plus des listes soutenues par l'UMP, M. Trillard, et par l'ARES, M. Guerriau, une liste apolitique menée par M. Jean Luc Lebrigand, maire de Préfailles, et une liste par le FN. M. Jean Luc Lebrigand était le président du parti radical dans le 44 ; il n'a pas obtenu au niveau national le soutien de l'ARES ; M. Guerriau lui a été préféré pour  représenter le centre droit dans cette élection.

Les grands électeurs du centre et de la droite sont devant un dilemme :
maintenir un équilibre dans la composition de leur camp en élisant la tête de chaque liste c'est à dire M. Trillard et M. Guerriau (rappelons que les sortants sont 2 ex UDF et un ex RPR) ou maintenir une femme sénateur ( le 44 en ayant 2, comme hier, grâce à la présence d'une élue de gauche cette fois) en votant massivement pour la liste Trillard afin que Danielle Rival soit élue !
Notons que cette préoccupation féministe ne semble pas avoir  pesée dans les prises de position de Mmes Jozan et Cascino dont les motivations sont d'ailleurs différentes et l'impact sans commune mesure.

Complément du 8/09 :  Mme Jozan met en avant des arguments rationnels sur la sous représentation de l'agglomération nantaise sur la liste où elle avait accepté de figurer mais surtout évoque une absence de soutien de l'UMP dans son action municipale ; je ne sais pas ce qui se passe dans notre mouvement à Nantes, mais il ne m'étonnerait pas qu'elle est bénéficié des mêmes attentions constructives que moi à Saint-Nazaire !
Par ailleurs nous apprenons ce matin la création d'un liste dissidente à gauche, tendance pastèque n'aimant pas les petits fours socialos ; Les grands électeurs sont des citoyens avertis peu sensibles aux thèses extrémistes ; Cette liste devrait néanmoins rencontrer  plus de succès que celle du FN et donc contrebalancer l'effet arithmétique de la dissidence "Brigandine" chez les centristes.
Si on peut parler de centristes compte tenu des ralliements intervenus en soutien de M. Guerriau ; je note d'ailleurs dans ces ralliements  des personnes qui ont, pour le moins entravé mon action, et ridiculisé notre mouvement lors des élections cantonales à SN. Cela facilitera, peut être, la réconciliation avec d'autres qui , eux, semble appuyer les candidats de notre mouvement ?
En effet les déclarations en tout sens embrasent le débat mais chacun dans le secret de l’isoloir vote comme il l'entend et n'a pas à dévoiler son vote ; une journée des dupes est tout à fait possible.

dimanche 4 septembre 2011

Aprés midi d'été

Summertime par Sidney Bechet.   mais aussi par ....... 
Pour écouter tout ce que Youtube vous propose, faites quitter la France à votre ordi, Anonymizer Universal vous loge à Denver, USA, pays de liberté, par exemple et hop! plus de restrictions.

Ce qui va nous faire perdre les élections en 2012

L’euthanasie des classes moyennes par l’impôt immobilier

Cliquer sur la ligne en bleu, ci dessus, pour lire sur "Contrepoints" la présentation du projet du gouvernement qui, si elle est maintenue, nous fera perdre notre base sociale et nous mène droit à la défaite ;

"Jusqu’au 25 août 2011, les plus values immobilières étaient taxées à hauteur de 31,3% jusqu’à 5 ans de détention du bien, puis de 5 ans à 15 ans de détention un abattement de 10% par an était appliqué à cette taxation, et enfin à partir de 15 ans de détention l’impôt disparaissait. Désormais, l’État français taxera votre plus value à 31,3% (voire 32,6% dès fin septembre) et ce, quelle que soit la date d’acquisition de votre bien, même si c’était il y a 80 ans (déduction faite, quand même, de l’inflation)"

Pourvu que le Sénat ou la commission des finances de l'Assemblée Nationale fasse passer ce projet à la trappe !
S'il faut augmenter les impôts des français ( je préférerais une vrai baisse des dépenses) que l'on augmente tous les taux de TVA d'un demi-point ; On pourrait, parallèlement, baisser les prélèvements sur la facture d'électricité en supprimant le rachat à tarif préférentiel de l'électricité des moulins à vents et plaques solaires.

Pour ceux qui ne sont pas allé lire l'article en lien l’habitation principale n'est pas concernée à condition de l'être toujours : Vendez la avant de vous installer ailleurs à la retraite par exemple ; les cas présentés dans l'article sont très explicatifs!
Je vous en donne un autre : nazairien de cœur, vous avez fini votre carrière à Besançon où vous avez acheté un appartement dans lequel vous vivez à ce jour. Pour revenir à Saint-Nazaire, vous signerez dans quelques jours un compromis pour acquérir le bien qui vous y agrée puis vous comptez vendre, voir louer jusqu’à redressement des prix, votre logement principal ; son prix d'ailleurs vous permettra de rembourser des prêts souscrits tant pour le nouveau que l'ancien.
Si cette vente intervient après le déplacement de votre résidence à SN une partie de cette recette sur laquelle vous comptiez partira en... impôts !

George ORWELL avait raison

De quoi le GIEC a-t-il peur ?

ainsi que le Giec interdit le débat scientifique

cliquez sur les liens

samedi 3 septembre 2011

Sénatoriale 2011 un ralliement surprenant

Sur le blog de la liste menée par  Joël Guerriau, on peut découvrir en 11° position dans la liste des référents territoriaux...  (cliquez pour la voir) Maud Durandet, conseillère municipale de Saint-Nazaire.
Étonnant de la part d'une personne qui affichait une stricte ligne UMP et proclamait partout ses convictions gaullistes !
Cette liste de soutien contient, il est vrai, de nombreux membres de l'UMP, mais issus pour la plupart de l'ex-UDF ou de ces partis membres.
Rappelons que Joël Guerriau préside le nouveau centre 44 ; Cette formation appartient à l'ARES dont fait partie aussi le parti radical dont je me suis mis en congé après le congrès de cette année en désaccord avec une ligne politique trop gauchiste et écologiste à mon goût !

La Droite libre

La droite libérale sans complexe ni excès!

La Droite libre
est un mouvement libéral-conservateur associé à l'UMP.

Nous défendons au sein de l'UMP:
-Les valeurs de droite comme la nation, la famille ou le respect de la loi,
-Un libéralisme populaire au service de tous, 
-L' État de Droit et les valeurs républicaines avec au premier rang d' entre elles la laïcité et la méritocratie,
-La décentralisation des territoires,
-La promotion d'une écologie libre fondée sur l'éthique de responsabilité et utilisant au mieux les mécanismes de l'économie de marché,
-Une Europe libérale basée sur la subsidiarité où l'Union européenne, forte de sa diversité, tourne le dos à l'édification d'un super-état bureaucratique et ne s'occupe que des dossiers que les Nations ne peuvent traiter seules. 

jeudi 1 septembre 2011

Illégalité manifeste d’un refus de mise à disposition ponctuelle d’une salle municipale pour une fête religieuse

Cela fait plusieurs années que notre maire refuse de mettre à la disposition de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) une salle lors de leur congrès départemental au motif qu'elle servirait au culte catholique ; De récentes (CE, réf. 26 août 2011, Commune de St Gratien) et (CE, Ass. 19 juillet 2011, Commune de Montpellier, n°313518)   décisions du conseil d'état  semblent le lui interdire désormais très clairement ou plus exactement diminuer considérablement son pouvoir de refuser une telle mise à disposition ; Il faudra d'ailleurs probablement revoir les règles appliquées par le service vie associative, Saint-Nazaire Association et même la récente charte qui pourtant n'avait pas été contestée sur ce point.
"une commune ne peut rejeter une demande d'utilisation d'un tel local au seul motif que cette demande lui est adressée par une association dans le but d'exercer un culte » dès lors que « les conditions financières de cette autorisation excluent toute libéralité » et que le local ne sera pas laissé « de façon exclusive et pérenne à la disposition d’une association pour l’exercice d’un culte "

J'y vois pour ma part la continuité d'une jurisprudence du CE qui tend à réduire les pouvoirs politiques dans l'appréciation de l'opportunité d'une décision que cela soit pour l'expulsion d'un clandestin par un préfet ou la gestion des bâtiments communaux par un maire.
Il est dommage que nos tribunaux ne fassent pas usage de la même créativité juridique pour protéger les particuliers propriétaires contre les empiétements incessants des communes de toute couleur d'ailleurs.

Une pétition à signer

Bien que considérant le droit de pétition comme une liberté fondamentale, je ne suis pas un thuriféraire de cet usage; néanmoins je vous propose de faire une exception pour celle-ci dessous ( cliquez) qui a pour but de dénoncer l'hypocrisie de M. Delanoë et de certains socialos.

http://www.mesopinions.com/La-Mairie-de-Paris-doit-payer-une-fete-pour-la-fin-du-Careme-petition-petitions-3b7f4577e884ba1ea81f7113582d90f7.html