« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"
"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

Dans tous les pays où les musulmans sont minoritaires, ils sont obsédés par les droits des minorités, dans tous les pays où les musulmans sont majoritaires, il n'y a PAS de droits des minorités.

dimanche 27 septembre 2009

CM du 18/09/2009 - Echos et comptes rendus

 

Le conseil municipal du 18 septembre fût rendu particulièrement intéressant par la présentation de l'activité  du CCAS jusqu'en 2008, une première ;  on y apprit que jusqu'à la mi-2008 la situation s'améliorait ; au bout de 5 ans, moins du 1/4 des ménages ayant nécessité une intervention en sont encore dépendants !

Mais personne, en dehors des présents, ne le saura : la presse, tant Ouest france que Presse-Océan, n'en a pas parlé !

Pas plus qu'elle n'a parlé d'ailleurs des interventions de C. Cotta, président du groupe socialiste, de JL Garnier et du maire sur ce sujet!
 
Il est de plus en plus difficile à d'autres que les présents au conseil municipal de savoir ce que traite le conseil de Saint-nazaire ; la presse écrite locale était jusqu'il y a peu le presque seul moyen d'en faire connaître le contenu à la population et pour les groupes d'opposition une des rares occasions de faire connaître leur point de vue au dela des cercles militants.
 
Cela n'est plus vrai,quelqu'en soit les causes ! 
 
Comment rétablir une information sans laquelle la démocratie locale perd tout son sens ?

samedi 26 septembre 2009

Réalite du réchauffement climatique

 
Le réchauffement climatique est un thème de plus en plus d'actualité.
Selon le Hadley Research Center, la température moyenne sur les continents a augmenté depuis 30 ans de 0,6°C. Le Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) conclut lui aussi à un réchauffement sur les 150 dernières années. Un réchauffement imputable à l'émission de CO2 dans l'atmosphère par les activités humaines.

Des résultats à pondérer selon Vincent Courtillot, professeur de géophysique à l'université de Paris-Diderot, dont les récentes recherches ont été dévoilées lors de ces 2es Journées Scientifiques de l'Université de Nantes.
 
 
uen video passionnate par un scientifique francais en francais


Le même à Strasbourg plus long mais plus détaillé
http://canalc2.u-strasbg.fr/video.asp?idvideo=8895


voir aussi http://www.rue89.com/2009/09/27/le-dereglement-climatique-credo-de-lhumanite-doccident

vendredi 18 septembre 2009

Changement climatique : des politiques fondées sur de la pseudoscience

L'actualité du changement climatique s’accélère. Ce sont d’abord une succession de rendez-vous diplomatiques qui élargissent une fracture désormais béante entre les points de vue des pays occidentaux et ceux des pays en développement.

Mais surtout, sur le plan scientifique, de nouveaux témoignages viennent décrédibiliser encore plus les théories selon lesquelles l’effet de serre et les activités humaines auraient une influence prépondérante et catastrophique sur la température de la Terre.

Les lois de la nature contre la pseudoscience.

Que d’événements sur le front du changement climatique pendant cet été 2009 ! Commençons par faire le point de certaines connaissances scientifiques. Les dernières nouvelles achèvent de faire voler en éclat le dogme du réchauffement lié à l’effet de serre et aux comportements humains.

la suite sur
http://blog.turgot.org/index.php?post/Belouve2

lundi 14 septembre 2009

Carene concertation et projet STRAN 2012

Il ressort de la présentation des résultats de la concertation comme d'ailleurs de la consultation du forum Adhoc sur le site de la Carene que nos concitoyens sont tout à fait clairvoyants ; le projet proposé leur apparaît comme une diminution des prestations offertes, spécialement du fait des chutes de fréquence !
 
Faut-il rappeler aux plus jeunes et aux non-utilisateurs qu'il existait dans notre ville entre 1990 et 1996, après 8 ans d'efforts et d'investissements, un excellent réseau dont le maillage, malgré quelques imperfections, et les fréquences de passage ( par exemple 4 mn en pointe,  8 mn en creux sur la A) étaient nettement supérieurs tant à l'actuel qu'au  projeté.
Ce réseau a été systématiquement détérioré depuis la fin 1996 alors qu'il suffisait de le conforter par des mesures d'aide à sa circulation (couloir bus, priorité aux feux).
 
Ce dernier aspect est pris en considération par le projet actuel et nous nous en félicitons.
La desserte des zones d'emplois périphériques est améliorée ou créée.
Le maillage est complété en certains points, mais dégradé sur d'autres.
Le passage par la rue Pierre de Coubertin devant la cité scolaire, renforcée par le déplacement d'un collège, nous paraît un mauvais choix tant du point de vue de la fluidité des circulations que de la sécurité aux heures d'entrée et de sortie.
 
Dans le SNmagazine de juin, nous exprimions notre crainte que le débat se focalise sur des options d'itinéraire au détriment de la fréquence de passage des bus ; les utilisateurs qui se sont exprimés sont allés dans le même sens que nous, mais ils n'ont pas été écoutés. Les fréquences proposées trop basses alors même que l'on construit les aménagements nécessaires pour tenir les temps de parcours qui les permettraient .
Les propositions de réorganisation de notre réseau ne sont pas de nature à provoquer un changement important de conduite des Nazairiens et encore moins des habitants des autres communes de la Carene.
Dans ce domaine, comme malheureusement dans tant d'autres, on incite les Français à des changements de comportement sans leur en donner les moyens !
 
L'essentiel : la fréquence !
 
 

dimanche 13 septembre 2009

Cette pensée unique qui s'impose aux gens

 

Ce passage tiré de "Homo sapiens technologicus" de Michel Puech qui éclaire, de manière détournée, la mécanique de cette pensée unique qui s'impose aux gens sans que ceux-ci puisse réagir librement, comme avec le changement climatique, mérite commentaire, n'est-ce pas Zébulon ?.

L'emprise dont nous devons sortir n'est pas celle de certains objets, mais celle d'une pensée unique, la pensée unique de la technoscience, de l'administration, des "institutions de vérités". Un ordre du discours organise la soumission symbolique aux savoirs, aux savoirs institutionnels. Cette soumission instaure un pouvoir, un véritable règne des savoirs […].

Nous croyons vivre dans un monde de savoirs dont les dispositifs techniques sont les heureuses "retombées". Mais en prenant l'avion, en allant chez le médecin ou en cours de math, en lisant un article d'économie… nous ne sommes pas dans un monde de savoirs, car nous ne disposons pas des savoirs mis en œuvre. Ce sont eux qui disposent de nous. Notre mode de relation usuel au savoir n'est pas la connaissance, la maîtrise de ce savoir, mais la soumission à un savoir qui nous est livré. D'où l'affairement et la dépendance, qui sont les contraires exactes de la sérénité et de la sagesse.
Dans le global et dans l'abstrait, nous imaginons disposer de savoirs nombreux et de leurs conséquences. Dans le local et le concret, le soi de chaque individu est soumis à des savoirs qu'il ne possède pas. La sagesse passe par une réappropriation de ces savoirs, une autre relation au savoir que la relation de soumission. Cette réappropriation remet en question le régime d'une vérité livrée, que la science a subrepticement empruntée aux religions révélées.
On ne peut que se soumettre à une vérité révélée, cette logique brutale a mené la civilisation occidentale au bord de sa perte, une fois déjà, entre la fin du monde antique et la renaissance.

samedi 12 septembre 2009

La taxe carbone : Un impôt comme les autres

Une réflexion sur la « taxe carbone » : le gouvernement nous dit «ne vous inquiétez pas, elle sera entièrement compensée ».
Mais c'est le cas de tous les impôts ! Tous les impôts sont reversés aux Français (en salaires des fonctionnaires principalement, puis dans les différents budgets de l'Etat, idem pour la sécu).
C'est comme s'il disait « l'impôt sur le revenu, ne vous inquiétez pas, il est compensé », bien sûr, il reversé sous une forme ou sous une autre (salaires, prestations sociales, dépenses d'équipement) aux Français.
L'argument est d'autant plus bidon qu'il est interdit, en comptabilité publique française, d'affecter un impôt déterminé à une dépense précise. Et d'ailleurs l'Etat reverse plus que ce qu'il collecte (trop gentil !), et de ce fait il s'endette...
L'Etat ne garde rien dans ses poches, l'argent transite par lui. Le problème c'est que nous sommes dans un Etat de plus en plus redistributif, de plus en plus envahissant, omnipotent, décidant à notre place et, bien sûr, taxant la création de richesse pour des dépenses à l'efficacité et à la légitimité douteuses.
La taxe carbone est un impôt comme les autres, un de plus, c'est tout.

Philippe Herlin
© La dette de la France .fr

mercredi 9 septembre 2009

Karzay, Bongo, Aubry même combat !

 
En matiére de fraudes électorales, le président Iranien Ahminedjad n'est plus tout seul.
Par contre, il est le seul dont les actes supposés ont  bénéficié d'autant  de sollicitudes de nos médias et des dirigeants occidentaux.
Gageons que sur ce point  ce n'est point d'éventuelles fraudes qui lui sont reprochées ;  il troublait l'eau du loup comme la chèvre de M. Seguin alors que les autres sont des copains des dits carnassiers.
 
Il n'est jamais réjouissant de voir un grand parti démocratique, même éternel donneur de leçon, sombrer dans de pareils pratiques ; espérons que place nette soit fait rapidement.
 
Jean Louis GARNIER
 
 

mardi 8 septembre 2009

La taxe carbone, nouvelle pensée unique ?

par Istvan Felkaï , journaliste, dans le monde de ce jour.
 
Le débat sur la taxe carbone s'est envenimé ces derniers jours en France. En Belgique aussi, l'idée de cette taxe est avancée par une partie du monde politique et suscite autant d'intérêt autant que de polémiques.

La controverse agite la gauche, les Verts et la famille socialiste française. Certains opposants se demandent si cette taxe carbone n'est pas le ferment d'une nouvelle pensée unique. Non pas qu'il faille remettre en cause la nécessité de la lutte contre les gaz à effet de serre et les changements climatiques.

Au contraire. Mais, à défaut de puissants correctifs dont les mécanismes sont aléatoires pour aider les revenus modestes et moyens (comme le souhaite Michel Rocard), cette taxe pénaliserait les milieux populaires, et l'injustice sociale, que craignent les socialistes, serait criante. De quoi pénaliser surtout les usagers captifs de leur véhicule, soit parce qu'ils habitent loin de leur lieu de travail, soit parce qu'il n'y a pas toujours de transports en commun, notamment en zone rurale.

Seraient pénalisés également les habitants de logements mal isolés et n'ayant pas les moyens d'investir dans de nouveaux chauffages (malgré les aides publiques, pompes à chaleur, panneaux solaires et autres chauffages non polluants se vendent à prix prohibitifs...). Mais cette réticence sociale, qualifiée de "démagogique" par les Verts, n'est pas le seul argument contre la taxe carbone : il y a aussi le constat d'une sorte de vice de forme intellectuel.

La justification écologique de la taxe, c'est la nécessité de pénaliser les usagers et consommateurs pour les inciter à cesser de polluer ! On veut, dit-on, "changer les comportements". Certains responsables, de droite comme de gauche, répètent qu'on peut toujours se déplacer à vélo ou à pied au lieu de prendre sa voiture ! Le principe, admis comme une évidence, c'est que l'usage de la voiture pour se rendre au travail, faire des courses, voyager, ou que se chauffer, au gaz par exemple, etc., sont constitutifs d'un "délit " de pollution... qu'il faut à tout prix pénaliser financièrement. Cette pénalisation financière est censée culpabiliser, dissuader et modifier le comportement du consommateur... Ne pas admettre cette logique était, jusqu'à ces derniers jours, médiatiquement "inaudible".

Mais réfléchissons un instant : "changer les comportements", donc orienter les consommateurs vers un autre choix de consommation, suppose une alternative. L'exemple de l'interdiction de vente des lampes à incandescence dans l'Union européenne est intéressant : des ampoules non polluantes sont désormais en vente. Leur prix est plus élevé, certes, mais l'alternative existe. Quel est le choix alternatif en matière de carburants polluants ? Sauf à ressortir les diligences, refuser de se rendre au travail, renoncer à faire ses courses au supermarché ou considérer les déplacements comme illégitimes (ce qui serait une régression de civilisation), le citoyen, éloigné des transports en commun, peut-il choisir entre véhicules à carburants fossiles et véhicules propres (électriques, piles à combustibles, hydrogène, etc.) ?

La réponse est "non". Est-ce la faute des usagers si ce genre de voiture n'existe aujourd'hui qu'à l'état de prototype ou de projet, dans les cartons des laboratoires ? Qui n'a pas investi massivement dans ce secteur de pointe ? Qui est à la traîne en matière de voiture électrique ? Réponse : pas les consommateurs, mais les constructeurs, l'industrie automobile... Le manque d'investissement dans l'alternative énergétique n'est-il pas, en partie, à l'origine de la crise mondiale de l'automobile ?

Les consommateurs et usagers n'ont pas le moyen d'exercer de choix : ils sont même plutôt victimes de la situation. La taxe carbone serait une sorte de double peine appliquée aux consommateurs, derniers maillons, en bout de chaîne du processus industriel, alors que c'est ce processus-là qui est en cause ! Aberrant, non ?

Ne serait-il pas écologiquement plus logique et plus urgent de réorienter le processus industriel afin de produire des alternatives non polluantes en matière automobile et de logements plutôt que de s'acharner sur des usagers captifs de modes de locomotion et de chauffage polluants ?

voir aussi :

 
ou cliquez 3éme Conf sur le Climat (07/09/09)

 

07 Sept 2009 : Enfin ! : Plusieurs éclairs de lucidité et un peu d'humilité dans les certitudes du GIEC !

A lire de toute urgence
 
et cliquez sur 3éme Conf sur le Climat (07/09/09)
 
 
Jean Louis GARNIER
 
 

samedi 5 septembre 2009

Emission par Habitant de CO²

On pourra imposer les français sur l'émission de CO² des lors que les 45 pays qui en émettent plus par tête d'habitant auront fait un effort
En attendant on se calme, car les 2/3 de nos notes de Gazole et 39% de celles de gaz sont déjà des impôts et cela ne sert qu'à remplir les caisses publiques ;

LIST OF COUNTRIES RANKED BY 2006 TOTAL CO2 EMISSIONS FROM FOSSIL-FUEL

DATA : Marland, G., T.A. Boden, and R. J. Andres. 2008. Global, Regional, and National CO2 Emissions.

In Trends: A Compendium of Data on Global Change. Carbon Dioxide Information Analysis Center
Oak Ridge National Laboratory, U.S. Department of Energy, Oak Ridge, Tenn., U.S.A.
http://cdiac.ornl.gov/trends/emis/overview.html

(UNIT : Tons of CO2 per capita)

COUNTRY            TONS OF CO2 PER CAPITA
Qatar                              49.26
Kuwait                             34.22
United-Arab-Emirates               32.94
Bahrain                            28.62
Luxembourg                         23.89
USA                                18.95
Australia                          17.93
Canada                             16.65
Oman                               16.03
Saudi-Arabia                       16.03
Estonia                            13.02
Finland                            12.62
Kazakhstan                         12.62
Singapore                          12.51
Taiwan                             11.93
Czech-Republic                     11.16
Russia                             10.94
Ireland                            10.32
Netherlands                        10.28
Japan                              10.24
Belgium                            10.17
Greenland                          9.99
Israel                             9.99
Denmark                            9.91
South-Korea                        9.8
Germany                            9.77
Nor-ssb                            9.59
United-Kingdom                     9.04
South-Africa                       8.74
Austria                            8.67
Greece                             8.63
Norway                             8.6
Libya                              8.27
Spain                              7.97
Italy                              7.72
New-Zealand                        7.28
Iceland                            7.24
Bosnia                             7.13
Belarus                            7.06
Malaysia                           7.02
Slovakia                           6.91
Ukraine                            6.8
Iran                               6.62
Venezuela                          6.33
Bulgaria                           6.22
France                             6.18
Hungary                            5.7
Portugal                           5.67
Sweden                             5.59
Switzerland                        5.56
Croatia                            5.3
Macedonia                          5.3
China                              4.64
Romania                            4.53
Argentina                          4.42
Uzbekistan                         4.28
Lithuania                          4.17
Thailand                           4.17
Azerbaijan                         4.13
Mexico                             4.13
Lebanon                            3.76
Jordan                             3.69
Turkey                             3.69
Chile                              3.66
Mongolia                           3.66
Syria                              3.66
North-Korea                        3.58
Latvia                             3.25
Iraq                               3.22
Botswana                           2.78
Belize                             2.67
Cuba                               2.63
Egypt                              2.26
Tunisia                            2.26
Moldova                            2.19
Uruguay                            2.04
Brazil                             1.86
Indonesia                          1.5
Morocco                            1.5
Namibia                            1.39
Peru                               1.39
Armenia                            1.35
Columbia                           1.35
India                              1.35
Georgia                            1.24
Vietnam                            1.24
Bolivia                            1.17
Kyrgyzstan                         1.06
Yemen                              1.02
Honduras                           0.98
Guatemala                          0.91
Pakistan                           0.91
Angola                             0.87
Swaziland                          0.87
Western-Sahara                     0.87
Zimbabwe                           0.84
Palestine                          0.76
Polen                              0.76
Phillippines                       0.76
Nigeria                            0.69
Paraguay                           0.65
Bhutan                             0.58
Sri-Lanka                          0.58
Congo                              0.4
Ghana                              0.4
Senegal                            0.4
Benin                              0.36
Kenya                              0.32
Bangladesh                         0.29
Cambodia                           0.29
Sudan                              0.29
Laos                               0.25
Liberia                            0.21
Zambia                             0.21
Cameroon                           0.18
Madagascar                         0.14
Tanganyika                         0.14
Tanzania                           0.14
Eritrea                            0.1
Mozambique                         0.1
Nepal                              0.1
Burkina-Faso                       0.07
Ethiopia                           0.07
Faroe-Islands                      0.07
Rwanda                             0.07
Burundi                            0.03
Chad                               0.03
Mali                               0.03

mercredi 2 septembre 2009

Clore la discussion ? Trahir la démocratie, la raison, la science !

Certains écologistes de renom ont déclaré que le processus démocratique ne permettait pas de régler les problèmes liés au réchauffement climatique ! Ils sont malheureusement nombreux à dire qu’on n'a pas le droit d'exprimer des opinions différentes sur ce sujet.
Comme Lyssenko et les militants soviétiques de la biologie de classe, les adeptes de l'origine humaine du réchauffement imposent la politique dans le processus scientifique.

Or ce rôle des activités humaines est minimisé par les scientifiques qui observent les phénomènes naturels. L'indice prévu par les modèles du GIEC dans l'atmosphère tropicale n'a pas été observé !

Si tous les signataires du protocole de Kyoto adoptaient des Grenelles de l'environnement, la réduction du réchauffement serait inférieure à un degré centigrade d'ici la fin du siècle, selon les réchauffistes eux-mêmes.
Dans une démocratie il est raisonnable et nécessaire de critiquer l'investissement de capitaux considérables dans des politiques inefficaces.

Il faut rappeler aux obsédés de la décroissance qu'avant l'ère industrielle, la rareté et le cout élevé de l'énergie était une cause essentielle de la misère du peuple.
Un impôt sur la production de Co² pèsera sur les plus modestes, les plus contraints qui n'ont pas les moyens d'investir pour en éviter l'utilisation .
La création de droits à émettre du Co² par l'industrie développera une spéculation nouvelle. Après les Subprimes, nous verrons l'éclatement de la bulle verte !

Texte de notre edito dans le bulletin municipal à paraitre en septembre remis le 13/08