« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

mardi 27 septembre 2011

Retour sur le conseil municipal de St-Nazaire du 23/09

Un conseil tellement riche qu'il en était fatiguant : 4 h 30 d'attention continue et d'interventions , pour ma part du moins, multiples sur tous les pôles. La presse s'est fait l'écho de certaines d’entre elles.
Difficile pour les conseillers d'opposition qui ont à peine cinq jours pour rentrer dans les sujets de remplir leurs fonctions sans tomber dans l'affrontement vain !
Par solidarité avec le reste de l'opposition, notre groupe a voté contre la modification du règlement intérieur proposée par l’exécutif ; modification bien anodine et en rien liberticide à mes yeux : la maladresse du maire, qui aurait du nous recevoir ou faire recevoir pour présentation d'une question qu'il savait sensible, n'est pas vraiment en cause dans la vivacité de la réaction de nos collègues ex Modem ou d'extrême gauche. 
Ceux-ci perpétuent l'erreur qu'ils ont commis dés leur candidature : croire que la liste, l'alliance, qu’ils avaient combattu, restée majoritaire, les associeraient, ne serais-ce que marginalement, à l'exercice du pouvoir, d'autant que l'élection avait démontré que cette union était minoritaire dans la population.
N'ayant jamais partagé cette illusion, nous nous contentons d'essayer d'obtenir un peu plus que le minimum légal en matière de transparence et de défendre le point de vue des électeurs qui nous ont envoyé au conseil.
Nous sommes satisfait quand nous y parvenons et que nos positions parviennent à l'extérieur de notre assemblée. Lorsqu'un dialogue, même s'il aboutit à un refus, s'instaure comme sur le Schéma départemental d'intercommunalité ou l'état de la sureté dans notre ville, entre autres, nous nous réjouissons.
Sur le SDIC, nos positions me semblent tout à fait conciliables, je ne vois aucun inconvénient à rajouter "Loire et Sillon" aux 3 communautés dont je proposais l'union et j'ajouterais la communauté de Ponchateau qui releve aussi des mêmes caractéristiques géographiques "partageant, en plus de la présence humide de l'eau douce et salé, la même situation géographique de finisterre,  unis par de fort liens économiques et constituant pour leur population une seul zone d'emploi et de vie". 
Chacun défendant l'émirat, l'intercommunalité, dont il est souverain, les résistances se manifestent mais je n'ai pour ma part aucun pot de beurre à défendre ; j'ai donc toute liberté pour proposer la mutation que l'avenir de nos populations demande.

PS : Le mot émirat fit bondir Michel Ray qui me fait face au conseil ; Afin d'éviter tout déviation du débat (le politiquement correct semblant interdire l'usage de tout mot ou notion issue d'une civilisation différente) je le remplaçais donc par principauté dans la seconde qui suivit, reprenant là l'usage lancé par M. Izorce pour Saint-Nazaire. 

Pour son édification et un bon aperçu de la richesse de la langue française, je lui donne ci-dessous la liste des synonymes établie par mon correcteur :

ÉMIRAT : Dignité — beylicat, consulat, décanat, directorat, haut-commissariat, khalifat, khédivat, landgraviat, lectorat, magistère, mairie, majoralat,   maréchalat, notariat, pairie, préfecture, présidence, principauté, proconsulat, procuratie, régence, rhingraviat, royauté, sommellerie, sous-préfecture, sultanat, tutorat. 
Précisons que le nom de la dignité nomme à son tour le territoire ou les services que couvre cette dignité (fonction)

Aucun commentaire: