« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"
"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

Dans tous les pays où les musulmans sont minoritaires, ils sont obsédés par les droits des minorités, dans tous les pays où les musulmans sont majoritaires, il n'y a PAS de droits des minorités.

vendredi 16 septembre 2011

La chute du locatif privé : catastrophe nationale

Selon l'INSEE, il y avait en 1985, dans notre pays, 20 837 000 résidences principales dont 6 454 000, soit 31% du logement, étaient fournis par le locatif privé ;
en 2007, il y a 27 278 000 résidences principales soit 31% de plus. mais le locatif privé n'en fournit que 6 527 000 , 1%  de plus, soit 24% du logement !
La satisfaction du besoin  a été assuré par les  logements occupés par leur propriétaires qui ont progressé de 42.5% , 4 683 000 logements de plus représentant en 2007 57.5% du logement contre 53% en 1985. Le locatif social est passé de 16,2% du logement à 18,5%.
La construction, à ce titre, de plus d' 1 600 000 logements financés par le secteur public devrait être suivi du même volume pour atteindre l'objectif de 20% de la SRU.
Même sans la crise actuel de la dette public, ce n'est pas par le logement social qu'on fera face au besoin de logement de la population !
Le financement du logement ne peut être assurer que par les particuliers qui soit financent leur propres logements soit, placent leurs économies dans le logement d'autres personnes;
Il faut donc leur donner la plus grande liberté pour le faire et non pas multiplier les réglementations qui affaiblissant l'autonomie des décisions du propriétaire tant de terrains à bâtir que de logements neufs ou anciens les découragent d'investir et donc de loger leur compatriotes.
Les décisions du gouvernement actuel de taxation des ventes autres que la résidence principale, de taxation des loyers trop (!) élevés,  suivant celles de diminuer la provision sur frais de réparation ou le régime de cautionnement sont tout autant socialistes et contreproductives que celles prises sous le gouvernement de M. Jospin.

De ce point de vue là, les mesures contre un maire de droite pas foutu de négocier habilement sa soumission apparente*,  relèvent du contentement suffisant, voire de la délectation de la haute fonction publique et des socialistes locaux, mais en aucun cas de la satisfaction des besoins de logements de nos concitoyens.

* Notons que son prédécesseur socialiste était beaucoup plus habile!

2 commentaires:

Zébulon a dit…

Cher Jean-Louis,

Il va m'être difficile d'argumenter avec le peu de place que vous proposer dans votre blog. Mais je vais essayer d'être direct et concis : Votre texte est tout à fait paradoxal et porte en lui une vraie contradiction.
1-Vous semblez dire que le privé doit et peut se substituer au public et qu'ainsi la Loi SRU est une connerie. Comme Smith vous dîtes "laissez faire le marché".
2-Dans le même temps, vous dîtes que Belliot a raison (tout en étant maladroit, en fait couillon) et qu'il défend les libertés fondamentales.
Ces deux choses dans votre baratin sont totalement contradictoires ! L'affaire de Pornichet montre bien que quand la puissance publique (par choix politique ou par contrainte de la Loi) n'intervient pas, il ne se passe rien : aucun promoteur privé ne vient construire spontanément des logements sociaux ou privés à des prix qui correspondent aux ressources des ménages. Belliot n'a rien fait, le privé n'est pas venu spontanément ni pour faire du HLM ni pour faire des logements privés en location ou à l'accession à des loyers raisonnables. C'est là tout le problème dans votre logique : vous oubliez que nombre de vos concitoyens ont très peu de revenus. Ou alors c'est volontaire, et là je comprendrais mieux.

SNalternance a dit…

Cher Zebulon,

Je ne dis nulle part que le privé doit se substituer au public ; je dis exactement le contraire : le public n'aura pas les moyens de loger plus de français que l'objectif de 20% que la loi lui fixe ; il lui faudra une bonne quinzaine d'année pour passer des 18.5% actuel (2007) à ces 20%!
80% des logements seront donc financés par ceux qui les occupent ou les investisseurs attirés dans ce secteur ;Or les réglementations dont la dernière sur la taxation des plus-values, les détournent de ce type d'investissement ; il n'est donc pas mis assez de logements sur le marché ce qui pousse tut les éléments du prix final vers le haut et empêche certains de nos concitoyens de se loger comme ils le souhaiteraient.
Par un effet de ciseau que j'ai déjà décrit, cela joue non au détriment direct des plus pauvres mais essentiellement sur les jeunes ménages.