« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

dimanche 14 mars 2010

SN 1° tour : victoire PS, recul UMP et verts ?

Nous faisons moins bien qu'au premier tour de la municipale de 2008, mais mieux qu'aux européennes en voix.
En %,  nous restons à notre niveau bas dont seul Sarko et Arthur nous avaient sortis en 2007; les verts  bronchent et reculent mais sans s'effondrer ; le PS retrouve sa position dominante en voix et en %. Quant au Modem, on peut penser que ses électeurs existent toujours mais se sont abstenus !


UMP
modem PS Verts

électeurs Tx tx abst électeurs Tx électeurs Tx électeurs Tx










Reg 04 1° tour 4565 18,9 42,72 1901 7,87 13169 54,53 0 0
Eu 04 1801 9,65 56,33 1571 8,42 7683 41,18 1783 9,56
Pdt 1° tour  8902 23,18 16,16 6911 17,99 13798 35,92 1244 3,23
Leg 1° tour 7553 28,52 42,43 2262 8,54 10657 40,25 1587 5,99
Mun 1° tour 4286 18,06 46,13 4436 18,69 10259 43,23 0 0
Eu  09 3607 19,94 59,54 1285 7,1 4100 22,67 3689 20,39
reg 10 1° tour 3778 18,72 55.35 745 3,69 8196 40,6 3233 16,02

10 commentaires:

SNalternance a dit…

A Saint-Nazaire, avec 5200 voix de moins pour nous qu'au premier tour de la présidentielle de 2007, et autant pour le modem, l'abstention est essentiellement une attitude de l'électorat de droite.
Si celui-ci fait défaut , ce n'est pas parce que la politique gouvernementale ou les annonces de notre candidat ne sont pas assez à gauche, pas assez écolos, mais bien parce qu'elles le sont trop !
La victoire de NS en 2007 était clairement du à l'annonce d'une politique de droite.
Il faut y revenir pour faire revenir cet électorat.

mafalda a dit…

Encore plus à droite?et pourtant à draguer l'immonde par un débat nauséabond, on réussit à faire ressurgir la bête. J'ai depuis hier soir dans la tête une certaine chanson des Bérus...
l'abstention de droite? quand dans un bureau comme Escurat, nous en sommes à 71% d'abstention, nous devons tous prendre nos responsabilités que nous soyons de gauche ou de droite, il y un travail de base dans les quartiers que les partis politiques ne font plus

SNalternance a dit…

Mafalda, vous avez raison sur un point : il y a eu aussi une forte abstention de gauche même si elle me semble moins développée, disposant de plus de moteurs d'expressions, que celle de droite.
Par contre en dehors de votre désir de nous coller des signes infamants de racisme, je ne comprends pas votre remarque sur le fonds :
Le président Sarkozy a poursuivi des réformes importants comme celle de la constitution, et sont en cours celle de la justice et des collectivités locales, etc.
C'est votre droit de ne pas être d'accord ;c'est le nôtre de défendre celles qui nous paraissent en pleine harmonie avec nos convictions!
Je ne crois pas qu'à notre époque et avec nos moyens de communication le problème politique majeur de la France soit la présence des partis politiques dans les quartiers ; le tout politique fait plus qu'irriter nos concitoyens.
Le parti qui imposera un seul mandat simultané, et pas plus de 2 renouvellement consécutifs pour les élus, gagnera le respect de nos concitoyens!

En ce qui concerne la considération accordée aux minorités visibles, je comprends bien votre ire ; c'est le président Sarkozy qui a su impulser des nominations à des postes plus que symboliques ; la gauche n'a rien fait lorsqu'elle était au pouvoir!

Zébulon a dit…

Jean-Louis.... vous arrivez toujours à m'agacer au point de vous répondre !

Ce que je vais dire n'est pas politiquement correct (même vis à vis de mon propre camp) : je suis contre les minorités visibles ! Je m'en fous ! Pour moi les personnes doivent être élues quelles que soient leur couleur de peau ou leur origine. Y a des gens bien partout et des nuls partout. Et il y a aussi des minorités non visibles. Pourquoi ces dernièrs auraient moins le droit d'être encouragées que ceux qui le sont (visibles) ?
Donc les Rachida, les Ramaya, etc... je m'en tape ! qu'on les juge pour ce qu'elles font et pas en fonction de leur origine.

Chère Mafalda...en toute amitié... ne pensez-vous pas que lorsqu'un parti ou une association promet lors de la campagne municipale de venir régulièrement rencontrer les habitants des quartiers et que deux ans après aucune initiative de la sorte ne vient confirmer cette promesse c'est un mauvais message qu'on transmet à cette population ? C'était pourtant un engagement très fort et censé être très original par rapport aux partis dits classiques...

SNalternance a dit…

Zébulon, je suis en total accord avec vous sur la question des "minorités visibles" ou invisibles ; ce sont les qualités propres de chacun qui doivent seuls être retenues !

mafalda a dit…

Cher Jean-Louis,
qu'est-ce que ça veut dire de mettre en avant quelques personnes et d'en stigmatiser des milliers d'autres?ce n'est pas vous que je traite de xénophobe. Vous connaissez parfois l'extrémisme de mes propos!
Quant aux réformes, l'électorat populaire est laminé par des mesures qui détruisent tous les acquis des luttes
Vous avez raison cher Zébulon, nous n'avons pas su aller dans les quartiers malgré mes nombreux rappels à l'ordre
Que pensez-vous tous les 2 de l'accord PS/EE? j'ai un avion en travers de la gorge et si Auxiette gagne, le modem entre au conseil régional par l'intermédiaire de CAP 21 ( ils en ont 1 éligible)

mafalda a dit…

Recherche
Mots-clésABSTENTION ELECTION REGIONALE POLITIQUE publicite

Voir aussi France
PolitiqueÉlections : l'abstention… de l'État !
Philippe Merlant - publié le 15/03/2010

Près de 54 % d'abstention. Un triste pic dans l'histoire des élections régionales en France. La Vie révèle une information inédite : pour la première fois, l'Etat n'a pas mis un centime dans une campagne pour inciter à aller voter.




Avez-vous lu, entendu ou vu une affiche ou un spot incitant à aller voter pour ces régionales 2010 ? Hormis quelques petits clips diffusés sur Internet par l'association Cidem (Civisme et démocratie), rien. Faut-il alors déplorer, comme l'ont fait certaines personnalités de la majorité présidentielle, un niveau d'abstention record (53,64 %) pour ce type d'élections, dépassant de quatorze points celui de 2004 ?

Inciter les citoyens à aller voter constitue une tradition centrale de la Ve République. Dès 1962, le général De Gaulle, en même temps qu'il institue l'élection du chef de l'Etat au suffrage universel direct, crée le Centre d'information civique (CIC) qui, pendant près de trente ans, va être le fer de lance des campagnes visant à remplir son devoir d'électeur. En 1998, le CIC, exsangue financièrement, est invité par le gouvernement Jospin à passer le relais. Et la mission échoit au Cidem, association créée quinze ans plus tôt par la Ligue de l'enseignement et la Ligue des droits de l'Homme. Depuis une décennie, les campagnes d'incitation au vote sont financées soit directement par le bureau des élections du ministère de l'Intérieur (ou le Service d'information du gouvernement), soit indirectement par le biais de subventions accordées au Cidem pour qu'il mène lui-même campagne.

Ces actions de communication sont menées à deux occasions. Première étape, en décembre de chaque année : les campagnes qui visent à pousser les citoyens – notamment les jeunes mais aussi ceux qui viennent de déménager – à s'inscrire sur les listes électorales. Elles font l'objet d'un partenariat entre le Cidem, le ministère de l'Intérieur et l'Association des maires de France (AMF). Au minimum, des dizaines de milliers de dépliants et d'affiches, distribués ou apposés dans les locaux des mairies et autres collectivités territoriales. « Il arrive aussi d'y ajouter des spots télés ou radios », note Cédric Bloquet, délégué général du Cidem. Ce type d'opération a été menée, comme chaque année, en décembre 2009.

Seconde opportunité, à l'occasion des différents scrutins : une campagne spécifique visant à pousser les électeurs à se rendre aux urnes ce jour-là. Aux dernières présidentielles et législatives de 2007, c'est le ministère de l'Intérieur qui a financé l'opération. Pour les européennes de l'an passé, ce fut le Service d'information du gouvernement. Coût de ce type d'actions : 50 000 à 100 000 euros s'il s'agit simplement de flyers et d'affiches, 300 000 euros pour une campagne radio, et bien plus pour des spots télé, mais les chaînes sont alors mises à contribution. Et pour 2010 ? « Le Cidem a mené une campagne de proximité sur Internet, mais sans le soutien des pouvoirs publics », affirme Cédric Bloquet, délégué général du Cidem.

Pourquoi une telle… abstention face aux risques d'abstention ?...

La majorité présidentielle, avertie par les sondages, aurait-elle misé sur une forte abstention pour limiter les dégâts ?...

Zébulon a dit…

Ce qui m'amuse c'est les conditions imposées par EE pour l'aéroport. Parmi celles-ci, la région ne financera pas les routes qui y conduiront. Comme si la région avait cette compétence!
De toute façon, qui pense réellement que cet aéroport se fera ? Comme l'a dit Fion, l'Etat est en faillite.

La question que vous posez Mafalda au sujet de cap21 renvoie à une autre question : qu'est-ce que EE ? Moi je sais pas. On dit un peu vite que ce sont les verts. C'est faux. Suffit de regarder les bureaux de saint-nazaire pour voir que le dégonflage du modem est concomitant au gonflage d'EE. Demandez à Rose (la star de ouest france aujourd'hui!!!) ce qu'elle en pense.

SNalternance a dit…

Zébulon vous avez encore raison :
1) Sur la question des routes qui est de compétence départementale; je ne pense pas que les chefs des Pastèques soient idiots ou mal informés, j'en déduis qu'ils prennent leurs ouailles pour des imbéciles, eux aussi !
2) le dégonflage du modem est concomitant au gonflage d'EE;
ce qui correspond bien à mon analyse du résultat des municipales 2008 : tous les praticiens de la politique nazairienne avaient pu remarquer que la présence sur la liste de JB des verts et du PC ne lui avaient pas amenés beaucoup de suffrages ; il en était d'ailleurs de même à droite pour la mienne où la présence de Boutinistes, de villièristes et d'anciens UDF n'avaient pas amené une évolution des résultats très probante !

SNalternance a dit…

Ecouter ou visionner les deux débats opposant Christophe BECHU et Jacques AUXIETTE, l’un diffusé sur Nantes 7 et sur le réseau RCF mercredi 17 mars à 19 h 00 et 22 h 30, ainsi que jeudi 18 mars à 11h00 et 15h00 et vendredi 19 mars à 13h00 et 19h00.

Le débat de France 3, Radio France Bleu, Ouest-France, diffusé mercredi à 19 h 00 sur Radio France Bleu, et à 22 h 35 sur France 3.