« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

lundi 3 octobre 2011

Démocratie représentative au conseil municipal

Lors de l'examen de la modification du règlement intérieur, les conditions d'expressions durant le conseil ont fait l'objet d'une dénonciation par les autres composantes de l'opposition ; or ce n'est pas, selon moi, le cœur des entraves à la démocratie représentative que nous constatons. 
L’exécutif nazairien met en place un ensemble de pratiques qui affaiblit la fonction des représentants de la population au conseil au profit de la direction municipale.
Le dernier conseil en contenait quelques unes mais commençons par la première: 
Réduire drastiquement le nombre annuel de conseil ; sept sauf convocation extraordinaire demandée par le préfet comme en juin dernier ; avantage double pour la direction municipale : 
1) diminuer les occasions pour l'opposition de faire connaître son point de vue, mais surtout permettre à l’exécutif municipal de fixer le tempo et le contenu de la présentation de ses politiques comme si l'assemblée municipale ne jouait aucun rôle et que seul comptait les décisions prises dans le débat secret ou presque au sein de l’exécutif ; un peu comme au sommet de l'état ! ce que dénonce habituellement les socialos.
2)  l'ordre du jour est surabondant ; donc l'examen des questions se ramène rapidement à l'expression d'oppositions de principe car les conseillers minoritaires, qui ont reçu la documentation  le samedi matin précédant le conseil, n'ont pu se pénétrer de toutes les questions abordées ( 45 pages pour la politique du fanal, 27 plus des références indispensables pour le SDIC, etc.)
Notons qu'il en est de même pour les conseillers majoritaires qui ne sont guère au courant que du domaine dont on les fait rapporteurs au détriment d'une vue politique globale.

Ensuite, Réduire à rien le rôle des commissions thématiques du conseil ; Elles sont convoquées quelques jours avant pour une présentation par l'adjoint des délibérations du conseil ; Quand elles le sont !
Par exemple, les rapports de la chambre régionale des comptes n'ont pas été étudiés par la commission des finances.
Les membres de celle-ci n'ont pas reçu ces rapports dans les jours suivant leur réception en mairie .
Aucun vrai travail préalable ne se déroule en commissions ; il n'y a ni travaux préparatoires autres entre les conseils, ni auditions de quiconque préparant les décisions! 
Un fonctionnement démocratique normal aurait entrainé, bien avant notre dernier conseil, la présentation par Mme la directrice du Fanal de son projet à la commission suivi d'un dialogue qui aurait pris son temps entre cette personnalité et les commissaires ; cette présentation et l’échange qui s'en serait suivi aurait pu être ouvert pour audition aux autres conseillers voir au public sans droits d'intervention bien sur. Il aurait pu en être de même pour la réflexion sur les conseils de quartier, le SDIC, la mission médiation tranquillité publique ou les rapports de la chambre des comptes ; tout points sur lesquels l'information et le travail étaient possibles plusieurs semaines avant le conseil. 
Ce processus n'empêcherait pas la majorité du conseil de gouverner loin de là! peut être cela rendrait-il, certaines fois plus compréhensibles, voire mieux acceptés, les projets municipaux. En tout cas cela permettrait à la démocratie représentative d'exister dans notre ville.

Dans le règlement intérieur adopté par la seule majorité, je ne regrette pas l’organisation du temps de parole de l'opposition et plus largement des groupes, elle est nécessaire, mais je regrette l'absence de limitation aux interventions des adjoints et rapporteurs : là aussi 5 mn me semble suffisant; quant à la réponse aux opposants, elle doit pouvoir tenir en 2mn !
..............
      

Aucun commentaire: