« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

samedi 25 juin 2011

Premiéres impressions à l'issue du conseil

Ma déclaration sur la farce de Gaza ( voir ci-dessous) m'a valu l'hostilité générale ; Mme Cascino prenant la parole pour déclarer haut et fort, mais c'est une habitude depuis le conseil de janvier 2009, qu'elle et son compère Bertin étaient en désaccord avec moi et condamnaient ma prise de position.
Certains ont beaucoup de peine a supporter l'expression d'opinions différentes ; néanmoins 2 élus m'ont discrètement fait savoir que mon intervention leur avait apporté.
La presse reprendra-t-elle le cœur de mes propos à savoir que la situation de Gaza n'a rien à voir avec ce que des partisans outranciers nous en disent, ?
Le débat autour du stationnement fût la redite de celui tenu pour sa mise en place. J'ai, bien entendu, voté pour les corrections proposées comme j'avais voté pour l'institution! Le reste de l'opposition vota contre et le PC s'abstint.
Nous vécûmes un grand moment d'autosatisfaction lorsque M. Batteux vint nous expliquer que l'action de la gauche nazairienne faisait payer les riches et exempter les pauvres en matière d'impôts locaux ; Je dus prendre la parole pour rappeler qu'il n'y avait qu' un seul code des impôts en France, que les dégrèvements et abattements étaient les mêmes partout ce dont Olivier Richard voulu bien convenir !

Postscriptum :
Dans le monde de ce jour sous le titre "Le blocus de Gaza est un crime dirigé contre les civils"
Raji Sourani ( un avocat et président du Centre palestinien pour les droits de l'homme, né dans la bande de Gaza.) déclare en réponse aux questions d'un blogueur nommé chatnoir :
"Il n'y a actuellement pas de menace à Gaza d'une vraie famine, mais ce qu'il y a à Gaza, ce blocus, a détruit la vie, a détruit l'industrie, l'agriculture, le développement, l'éducation, la santé. Il y a une catastrophe humanitaire. Tout cela est fait par l'occupation israélienne contre les civils palestiniens. Il ne s'agit pas de savoir quels produits sont autorisés ou non."
Cette phrase est un délice de contradiction et de mauvaise foi.
Notons que l'existence, passée, d'une industrie à Gaza est une première ; Quant à l'agriculture il semble qu'elle était prospère sous l'occupation Israélienne où elle employait des milliers de travailleurs arabes !

Je condamne totalement les politiques d'affrontement d'où quelles viennent mais un peu de vérité pourrait contribuer à la solution encore lointaine du problème.

Aucun commentaire: