« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

samedi 17 octobre 2009

La nation se fissure en silence parce qu'il n'y a pas de discours sur l'identité.

Déclarations de François Copé au Monde :

"Le premier défi, celui qui sera le plus structurant, c'est la question de l'identité française. La nation se fissure en silence parce qu'il n'y a pas de discours sur l'identité. Ce thème, tel qu'il avait été traité en 2007, doit être profondément renouvelé et retravaillé.

Parce que le FN pourrait se le réapproprier ?

Il s'en est nourri, car, depuis vingt ou trente ans, nous avons commis collectivement l'erreur de ne pas expliquer ce que cela veut dire être français aujourd'hui. On a eu peur. On a nié l'évolution sociologique de notre population, sur le plan de sa composition, de ses origines, de ses pratiques religieuses, de ses modes de vie. Pendant ce temps, la société française a continué à bouger et à se développer sans repères.

La population issue de l'immigration de la seconde moitié du XXe siècle, qui en est maintenant à sa troisième génération, n'a toujours pas reçu les codes d'accès. Cela a conduit à un malentendu croissant au sein d'une population composée de gens qui sont tous français mais qui, parce qu'ils n'ont pas eu les repères nécessaires, ne se parlent pas, ne s'écoutent pas, ne se respectent pas. L'insuffisance du dialogue interreligieux en est un exemple.

Il existe depuis 2007 un ministère de l'intégration et de l'identité nationale. Il a échoué ?

C'est l'échec de trente années de politiques en ce domaine.

Comment réussir l'intégration ?

Il faut que l'on positive le fait d'être une population aussi diverse que l'est devenue la nôtre, qu'on le vive comme une chance. Que l'on arrête de vouloir faire croire à nos enfants que nos ancêtres étaient tous des Gaulois. Ce qui compte, c'est que chaque Français, quelles que soient sa date d'arrivée en France, son origine ou sa religion, a de la valeur et apporte ce qu'il a de mieux pour notre pays. Un exemple : au lycée, on peut choisir en option de très nombreuses langues, mais il est quasi impossible d'apprendre l'arabe, alors que cela pourrait être un fantastique atout économique. Résultat, ce sont des intégristes dans des caves qui s'en chargent.

Pourquoi réclamez-vous une loi sur le port de la burqa ?

La burqa, ce sont des intégristes qui veulent tester la République. Si on ne fait rien, on va laisser se banaliser un phénomène qui est contraire à nos principes. La réflexion sur l'identité française est indissociable de celle sur la place des femmes dans la société.

9 commentaires:

Zébulon a dit…

Bien-sûr, tout ce beau discours est tout à fait en accord:
- avec la réexpédition en charter d'afghans dans leur pays....
- avec les mots doux utilisés à l'endroit de "racailles" à des fins électoralistes
- avec la politique dite d'immigration "zéro" puis immigration "positive" ou encore "choisie"
- avec la politique générale de communes et d'agglomérations, notamment de l'ouest parisien, qui va à l'encontre de la loi RSU pour que certaines populations soient parquées dans d'autres communes plus accueillantes
- etc... etc ...

Que vivent les beaux discours!

SNalternance a dit…

Ah, Zebulon, heureusement que vous êtes-là ! J'avais , en effet, totalement oublié dans le fil précédent " interview NS" de signaler que dans les politiques que je soutenais, il y avait, bien sur, celle de l'identité et de l'immigration.
Je suis d'accord avec les charters d'afghans, de maliens etc.
Même que je trouve que le gouvernement cause plus qu'il n'agit ;
J'attends avec impatience le changement législatif et constitutionnel qui permettra de spécialiser un seul ordre de juridiction et, ensuite, une juridiction par département pour l'ensemble de ces questions.
Par contre, je trouve la politique de visas trop restrictive :
Je serais favorable à une délivrance plus importante de visas d'un an à 2 ans, mais assorti d'une vigoureuse politique d'expulsion en cas de dépassement ou d'infractions!
Je suis même favorable à ce que l'on redonne un visa à l'expulsé dés lors qu'il est réellement resté dans son pays d'origine un an après son expulsion. Cela serait beaucoup plus de nature à faire respecter nos lois et usages que la fermeture-ouverture d'aujourd'hui ;
je sais ; je suis un esprit compliqué et jamais totalement satisfait de la politique que je soutiens.
il me paraît néanmoins qu'il vaut mieux des nombreux va et viens dans la dignité que l'importation dans la clandestinité de modernes esclaves.
Je suis stupéfié par les progrès considérables qu'a fait la traite des esclaves de toutes sortes tant en direction des pays du golfe, vieille destination, que de nous même ( avant c'était vers nos iles):
1) c'est maintenance l'esclave qui finance intégralement son voyage et paie de plus un droit d'entrée à ses passeurs; cela garantit son attachement au travail pour rembourser les dettes contractées dans ce but garanties par la vie de la famille sur place; plus besoin de fouet, de code noir, etc.
2) La filière est entièrement entre les mains des producteurs originaux d'esclaves qui n'ont même plus besoin de négriers occidentaux ; le roi du Dahomey en aurait rêvé !
3) les bonnes consciences de l'occident aident les négriers à entretenir et conserver leurs esclaves dans des étapes cruciales!
4) Une frégate anglaise surprenant un navire brésilien ou de la péninsule arabique plein d'esclaves au début du 19° pendait le capitaine! maintenant, au pire, il est remis aux tribunaux de son pays qui le libère.
En fait jamais la déportation de main d'œuvre servile n'a bénéficié d'aussi bonnes conditions ;
Et tout ça grâce à l'alliance de la bien pensance chrétienne et des partis de gauche ! Ils sont les complices des négriers au nom de leurs grands principes; Fabuleux !

Vérité désagréable,Zebulon :
dans 30 ans, la gauche de l'époque viendra nous expliquer que c'est la droite qui...

SNalternance a dit…

Voir sur le mamouth http://lemamouth.blogspot.com/
la situation à Mayotte

http://jean-marielebraud.hautetfort.com/archive/2009/10/18/mayotte-immigration-clandestine.html

Zébudubergeracsecetilestmafoitresbon:vinoviniallez-y! a dit…

C'est vrai que renvoyer des Afghans chez eux c'est une preuve d'humanité certaine !
Vous ne répondez pas à la question de l'intégration pour les personnes en situation régulière. Ne croyez-vous pas que la politique de droite du "chacun chez soi dans sa commune" qui est parfois électoralement par certaines mairies de gauche (bastions communistes par exemple) est à la source de tous les ennuis et de la non-intégration de ceux dont nous avons besoin pour ramasser les poubelles ?
Pourquoi expulserait-on plus une personne avec visa et en infraction qu'un bon petit français dans le même cas ? les deux sont en situation régulière non ? Qu'ils aillent en prison tous les deux non ? Vous ne pouvez pas vous empêcher, vous, politiques de droite, de faire cet amalgame. Il faut toujours que ça dérape !
Pour ce qui est des filières, etc.. je suis d'accord avec vous. Mais en renvoyant les esclaves chez eux pensez-vous que vous résolvez le problème ou ne peut-on pas penser qu'au contraire vous donnez nouvelle matière humaine à commerce ? Vous croyez réellement que les vrais organisateurs de ces convois sont arrêtés ? On déplace les problèmes mais le principal c'est de faire du bruit, de gesticuler.

Pour ce qui est de votre histoire de frégate, je ne vous savais pas pour la peine de mort ! Bel exemple.

SNalternance a dit…

J'ai bu moi un Malbec Argentin de chez VinoVini le Tastevin qui avait semble-t-il ses papiers mais qui en a plus besoin car je l'ai tout bu ?
Je vous rassure : je suis tout à fait opposé à la peine de mort ; Chaque époque doit être jugé à son aune sans anachronisme.
Le problème de l'intégration est partagé entre ceux qui ne veulent pas intégrés les nouveaux venus et ceux qui ne veulent pas s'intégrer.
Comme le dit très justement Copé, la vie sociale dans notre pays est basé sur des codes qu'il faut connaître donc pouvoir et vouloir apprendre, or ils ne sont pas enseignés.
Il y a exactement un an j'écrivais sur le site en PJ ceci : En réaction à un interview de Thuram dans le Monde.fr du 18/10/2008 titré "Combien pensent qu'un Karim est d'ici ?":

"Qu'est ce que "être d'ici" ?

C'est d'abord se reconnaître soi-même comme d'ici, donc ne pas se déclarer comme d'ailleurs.

C'est ensuite être reconnu d'ici ;
C'est le comportement social, la manière d'être en société, qui vous fait reconnaître comme d'ici ;
c'est ouvert à tous, mais il faut le faire et il y en a bien des manières ; car nous ne sommes pas un pays où les citoyens doivent prêter serment de loyauté à la constitution."
Je n'ai rien à y changer!

Par ailleurs, nous avons tout le personnel nécessaire pour transporter les poubelles ; C'est marrant que ce soit la gauche qui transmette un mépris du travail ouvrier que seul des immigrés accepterait de faire ! Cela est d'autant plus faux que les immigrés non européens, qui sont la masse d'aujourd'hui, fuit les travaux manuels d'exécution qui avait accueilli en d'autres temps polonais italiens etc..
Par contre, on les rencontre dans les tâches de sécurité y inclus à nos frontières aéroportuaires.

Vous me lisez trop rapidement où je ne suis pas assez précis mais il me semblait que ma propositions d'expulsion visait clairement le dépassement du visa ou l'infraction à la police du séjour pas celle au code de la route voire au code pénal qui doivent être bien entendu châtier au lieu de l'infraction. Bien entendu, si vous avez dépassé le temps imparti par votre visa vous êtes expulsé mais voyez je suis prêt contrairement à ce qui ce fait aujourd'hui à vous laissez revenir un an après.

Je ne veux pas renvoyer les esclaves chez eux, je veux qu'ils y restent, et y construisent en paix leur bonheur ; vaste programme.

mafalda a dit…

Enfin vous dévoilez votre vrai visage, celui d'une droite intolérante,liberticide et aveugle
La notion d'identité française doit évoluer, une grande partie de nos ancêtres ne sont plus les Gaulois, nous sommes riches de ce melting pot
L'un des premiers droits humains devrait être de pouvoir se déplacer et s'installer où nous le souhaitons au lieu de se faire humilier,chasser comme du gibier. J'ai honte et nous sommes des milliers à avoir honte du sort réservé aux sans-papiers. "Je viens simplement te demander si en tant qu'être humain je peux rester chez toi" ou plus loin, Barthélémy nous interroge à travers Rigobert, l'employé du ministère de l'immigration " où est l'être humain,dit il, où est-il l'être humain en toi?" relisez "Bureu National des Allogènes" de Stanislas Cotton

SNalternance a dit…

Mafalda,

Pourquoi vous m'inventez des écrits que je n'ai pas commis ?

Mais je comprends bien qu'il vous soit désagréable de lire la vérité : vous n'êtes vous et vos semblables que les modernes marchands d'esclaves, complices conscients de Mafia impitoyables.
votre baratin n'y changera rien !
Totalement pris par votre idéologie meurtrière vous ne voyez même pas que vous écrivez exactement la même chose que Copé, sur l'identité française !

mafalda a dit…

cher Jean-Louis,
J'ai cru lire dans un précédent post que vous souteniez la politique de l'immigration telle qu'elle est menée actuellement mais peut-être fais-je de l'exégèse!
Si l'état français ne se comportait pas tel qu'il se comporte, beaucoup n'auraient pas affaire avec des filières douteuses que les associations de soutien combattent aussi.Oui, je suis complice de ces hommes et femmes traqués parce qu'ils ont choisi de vivre ici, pas des marchands d'esclaves!! Mon discours droitdel'hommiste est peut être du baratin, ce que nous essayons de faire pour eux est vraiment sincère

zébulon a dit…

c'est beau l'amitié !