« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

jeudi 2 décembre 2010

Ennemis , un mot qui dépasse le respect que l'on se doit entre citoyens?

Réponse de  Danielle Richard à l'article paru ce matin dans la presse faisant état des réflexions de D.Samzun :
Le titre est , bien sur, du maitre du blog
" M.Samzun est, si j'en crois ses déclarations privées et publiques, candidat à la Mairie de  St.-Nazaire.
Ce poste est certes dévolu à un individu  censé s'appuyer sur la majorité des Nazairiens qui vote pour le parti, auquel il appartient. Cependant, une fois élu,  il doit  incarner  cette Ville, et rassembler autour de lui Tous les citoyens, qu’ils soient de  droite ou de gauche. 
Le Maire doit tendre au consensus en s'ouvrant au dialogue avec tous ceux qui le désirent, à commencer par les représentants de tous les courants  politiques au Conseil Municipal .
Or, comment établir un échange  constructif avec ceux que l'on qualifie  "d'ennemis" ? 
Dans un régime démocratique ne convient-il pas, même en campagne électorale,  de parler plutôt d'adversaires politiques? Je pense que,  par le vocabulaire employé, M.Samzun trahit un esprit d’une grande intolérance, une sensibilité bien peu démocratique qui n’honorerait pas la fonction qu’il ambitionne."

Danielle Richard

8 commentaires:

mafalda a dit…

ennemi vient du latin inimicus / négation de l'ami, amicus. Il n' y a pas de notion d'irrespect, c'est plutôt vous et le gouvernement qui maniez à merveille ce concept .Carl Schmitt(philosophe antisémite proche du régime nazi) fait de l'ennemi un concept clé de la politique , un antagonisme constitutif de la société exemple depuis cet été , les Roms sont l'ennemi!
Ce terme est surtout utilisé par le langage militaire. mais ne sommes-nous pas justement en " campagne"? le gouvernement n'a t-il pas lancé une guerre contre le peuple avec ses réformes de plus en plus injustes?

Anonyme a dit…

Du point de vue des roms, que sont les "gadjé" ?
Du point de vue du loup que sont les moutons ?
mais du point de vue du mouton, que sont les "roms" ?

Danielle Richard a dit…

Réponse à Mafalda :

Je suis ravie de voir que mon interlocuteur (non identifié !) a une certaine culture politique. Puis-je dès lui rappeler que Carl Schmidt est un penseur qui s’est rangé dès la première heure du côté du nazisme ? Il n’a eu de cesse de faire une critique acerbe de la démocratie libérale….
Cette distinction ami/ennemi comme fondatrice du politique justifie en effet l’avènement d’un « Etat fort » légitimé dès lors à user de tous les moyens pour vaincre par tous les moyens l’ennemi extérieur ou intérieur …On voit trop bien où tout cela nous a conduit.
Je suis une fervente libérale en politique, ce qui sans doute nous distingue….C’est pourquoi je crois que l’Etat est le lieu du débat argumenté et éclairé
Pour cela il faut commencer par éviter de céder à l’invective et à la caricature. Au passage, je vous signale ainsi que je ne suis une fanatique de personne (même pas de Sarkozy !) et me vante de penser par moi-même… Dans le domaine de l’émigration je pense en effet que les solutions négociées sont bien préférables à la répression.
Je veux seulement ajouter que « certains » membres de la gauche aujourd’hui ont tendance à agiter de nouveau l’étendard de la lutte des classes et toute forme de référence populiste (dont le fascisme est hélas aussi un exemple paroxystique) pour exister :
de fait, on voit bien que comme le pensait Schmidt lui-même, repérer des ennemis réels ou fantasmatiques, n’est-ce pas une façon d’exister alors même que des liens contractuels s’avèrent impossibles ?
Pour la vie de notre démocratie, j’espère vivement que la gauche notamment nazairienne saura chasser ses vieux démons.

P.S. Je veux seulement ajouter que je ne discuterai désormais qu’avec une personne dont je connais l’identité et qui aura le courage d’avancer non masquée.

Zebulon a dit…

héhé ! Madame Richard... au lieu de donner des conseils à la gauche, ne feriez-vous pas mieux de vous inquiéter de votre droite "libérale" comme vous dites, qui est en piteux état à Saint-Nazaire ?

Pour ce qui est de l'anonymat de Maflada : elle fait ce qu'elle veut non ? Et vous, Danielle Richard...? C'est votre vrai nom ? Vous avez eu des fonctions importantes peut-être dans le passé ? Peut-être.... ce nom me dit rien... vous n'avez pas dû briller tant que ça alors... vous pouvez toujours vous vanter de penser par vous-même comme vous-dîtes... Force est de constater que ça n'a pas changé la face du monde !

Sinon, Jean-Louis, arrêtez de faire l'offusqué... ça ne vous va pas bien je trouve. Ou alors portez plainte contre Monsieur Samzun si ces propos sont si injurieux que ça.

Zébulon

SNalternance a dit…

Hé , Zébulon , j'ai rien écrit et rien dit, moi, dans ce post !

Quant à porter plainte , cela n'est pas tellement dans ma culture perso; bien que juriste ou, peut être, parce que juriste de formation initiale, je tiens beaucoup au comportement dicté par ma tradition familiale : " mieux vaut un mauvais compromis qu'un bon procès"

Je vous souhaite, Zébulon, d'apporter de grand changements, positifs, cela va de soi, dans la marche du monde! Dés que vos plans sont prêts, ce blog sera ravi d'y donner l'écho qu'ils méritent !

Enfin, Danielle est une amie.

SNalternance a dit…

Adversaire du latin ad versarius : "sur l'autre versant".
Synonyme opposant, compétiteur selon le Wiktionnaire

mafalda a dit…

merci Zébulon! madame Richard, si elle est votre amie Jean-Louis, doit lire bien peu souvent votre blog sinon elle saurait qui je suis! une libertaire un peu candide qui crie tout le temps et qui dit toujours non comme l'héroïne de Quino! sinon en antifasciste convaincue, j'ai lu Carl Schmitt, merci.Je faisais justement un parallèle outrancier entre votre offuscation sur l'emploi du mot ennemi et le fait que le gouvernement nous crée des ennemis extérieurs et intérieurs tous les jours, c'est la droite actuelle ( n'êtiez-vous pas à l'UDF dont une bonne partie des membres sont dans le giron sarkosyste?) qui réactive cette notion là.
adversaire ... cher Jean Louis, vous qui étiez sur le versant gauche de la montagne, comment êtes -vous passé sur le versant droit? ça m'intriguera toujours mais chaque humain n'est il pas une énigme ?

SNalternance a dit…

Mafalda,

Vous me posez une question à laquelle je suis souvent amené à répondre sur mon passage d'un versant à l'autre de la politique.
Ce que vous ignorez, c'est que je n'ai pas commencé en politique sur le versant gauche mais sur le versant droit ; oh, rassurez-vous une droite modérée à la française, avec des amis qui ont tous connus ensuite une carrière politique dans ce camp, très loin d'ici.
Puis j'ai adhéré aux propositions très atlantistes que soutenait F. Mitterrand ; en particulier sur comment tuer le PCF ; ce qui m'a amené au PS dont j'appréciais les positions libérales en matières de mœurs; Son positionnement économique et sa marxisation m'en ont éloigné à la fin des années 80 mais ma situation professionnelle comme celle de tous ceux qui travaillent pour les collectivités territoriales me faisait présenter une autre apparence facile à percer pour ceux qui me connaissaient bien.
Je rejoignais dés la fin de cette situation le parti radical où j'apprécie jusqu'à aujourd'hui la liberté de se positionner en fonction de ce que l'on ressent sur un dossier et non sur une ligne politique ou autour d'une personnalité.
Car voyez-vous, je suis à droite tout autant qu'à gauche cela dépend de la question abordée (attention ! pas ni ni, mais et et)
même si c'est difficile à comprendre dans notre époque ou les coalitions pour amener un homme au pouvoir prime.
Je pense d'ailleurs que l'élection au suffrage universel direct du président du conseil des ministres est une erreur dont on voit les ravages en Afrique ces jours-ci!
Elle n'est supportable dans un pays sans fortes divisions ethniques ou religieuses qu'en présence d'un parlement bien distinct de l'exécutif !
On est très loin de la question posée direz-vous ? Non on est au cœur de l'évolution de notre démocratie et le mode de fonctionnement de nos collectivités territoriales que vous voyez tous les jours comme moi n'est pas plus satisfaisant !
Les systèmes qui garantissent trop facilement une majorité législative à l'exécutif ne doivent pas être permanent localement comme au sommet de l'état!
N.B. je vous accorde que j'ai beaucoup plus souvent des positions que vous percevez comme de droite !