« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

samedi 6 février 2010

Les pompiers incendiaires


De temps en temps, l'été et les incendies de forêt dans le sud de notre pays nous amènent une nouvelle étrange : On vient d'arrêter un pompier qui allumait des incendies pour avoir la joie de les éteindre.
 
Cette crise que subit actuellement l'UMP de la 8° circonscription est un cas similaire :
Des membres de notre mouvement y sèment la division, la désunion, l'empêchent de fonctionner normalement, provoquent, harcèlent ceux qui sont chargés de sa direction locale ou des mandats locaux afin de pouvoir les remplacer au prétexte de ces dysfonctionnements.
 
Après avoir à plusieurs reprises tenté d'obtenir un dialogue avec notre président départemental ( j'ai gardé mes mails) je lui indiquai, le 23/10/2009, qu'un degré supplémentaire franchi m'amenait à considérer que Maud Casino poursuivait le but de faire voler en éclat notre groupe ; pour une fois, il me répondit le 26/10/09 par " tout cela n'est qu'un pb de coordination entre vous "  !
 
Mais 2 semaines après, mes 2 colistiers, Belliot et quelques adhérents tenaient la conférence de presse que l'on sait, annonçant que dorénavant c'est eux qui prenaient en main la direction nazairienne de notre mouvement contre le délégué de circonscription et moi-même (rappelons que les adhérents de la circonscription le leur avait refusé 1 an auparavant).
 
Les événements de mercredi et les déclarations de M. Pinte dans la presse montrent que celui-ci est le premier de ces pompiers ... très particuliers : ce sont mes comportements et mes propos qui " détruisent l'unité de notre mouvement" ; ceux de mes colistiers et de M. Belliot les ont renforcés sans aucun doute !
Incendie encore plus grand ; il s'agira d'expliquer  que l'éventuel échec, lors de la régionale, est dû, particulièrement aux mauvais résultats dans la 8° dont la responsabilité incombe à ces 2 galeux de JF Arthur et JL Garnier ; par contre en cas de succès, bien sûr, tout le mérite en reviendrait à d'autres.
 
Pour rétablir sérénité et mobilisation, notre dirigeant départemental devrait se soucier du ridicule que sa prise de parole dans la presse locale inflige à notre mouvement ( par contre, cela a multiplié par 5 l'audience, fort modeste, de mon blog) . Il lui faudrait aussi comprendre que chaque fois que M. Belliot s'intéresse à SN, il nous fait perdre des voix à Pornichet, où l'on aimerait qu'il se consacre à son mandat, et à SN, où le fait que le maire de la ville à côté veuille donner des leçons irrite pour le moins.
 
Laissons C. Béchu mener sa campagne !  Il peut nous faire gagner.

2 commentaires:

Matthieu a dit…

Et le peuple dans tout cela... la navale en perdition et son corollaire, le chômage ; à cette insécurité sociale s'ajoute une délinquance liée à une désespérance certaine. Sans compter, une gestion plus que surannée de Sieur Batteux dans tous les domaines qui touchent la vie quotidienne des habitants de notre ville, une voirie à refaire presque intégralement, une kulture à redéfinir, un urbanisme réglementaire dont il aurait fallu vous inquiéter lors du vote du PLU au lieu d'un "not comment" pour le moins désarmant et fâcheux, une gestion du social à surveiller et à encourager, des actions en matière éducative à promouvoir, une vraie politique de l'emploi et du commerce à construire, une police municipale à créer et, enfin et surtout, une espérance à redonner à une population fataliste, résignée, sans véritable sentiment d'appartenance.

Et vous, l'UMP, vous jouez des coudes alors même que vous n'êtes que trois au Conseil Municipal ! J'ai connu l'UMP plus ambitieuse au point d'en être arrogante. Ici, on se résigne à voir la vraie opposition à Monsieur le Maire se situer à sa gauche... à la gauche de la gauche ! Saint-Nazaire mérite mieux, beaucoup mieux.

L'avenir, bâtissons-le ensemble dès maintenant en unissant toutes les bonnes volontés de droite, et pas seulement les petites ambitions querelleuses des quelques umpistes que compte cette ville (et la ville voisine de Pornichet) ; rien de solide ne se fera sans une union de toutes les droites, des gaullistes de Debout la République et du MPF aux centristes du Nouveau Centre en passant par le CNI et autres mouvements et à tous les esprits indépendants.

Mais, il faut d'abord se rencontrer, faire un diagnostic, fixer un calendrier, proposer, occuper le terrain et ne pas laisser le centre ville à LO ou à toute autre secte trotskiste... en bref, il faut de la volonté...
Si vous êtes le vrai patron de la droite locale, insufflez-la ou partez !

Votre blogue a le mérite d'exister et d'être amusant pour les uns -riez Monsieur Batteux et consorts...- et désespérant pour les autres -la majorité des habitants qui veulent que se dessine une ville plus proche de leurs préoccupations-. Et cela d'autant plus que le PS se moque bien de Saint-Nazaire, ville qui lui paraît acquise d'emblée, sans effort ; les ambitions sont réservées à Nantes et à son agglomération que Monsieur le Président du groupe PS à l'AN et ses sbires défendent à tout prix.

L'espoir est dans notre camp... Il manque juste de la volonté, du courage (le "déclin du courage" de nos sociétés occidentales et de notre UMP locale), des compétences, de la combativité, de la proximité et l'espérance d'apporter un mieux pour demain.

A nous de jouer...

Cordialement

P.S. : Et se battre pour des 15e ou 20e places pour les régionales prochaines, c'est dérisoire ! à coté de la détresse de celles et ceux qui ne se voient plus d'avenir. L'important est de battre Auxiette et de favoriser une nouvelle dynamique régionale que Christophe Béchu, une fois élu, ne manquera pas d'encourager.

SNalternance a dit…

Matthieu, vos réflexions sont pleines de bon sens !
N'ayant pas été candidat au conseil régional, je ne me sens pas concerné directement par la réflexion à ce sujet de même que j'ai bien la certitude de défendre la politique gouvernemental devant le conseil municipal et d'être par mes prises de parole et votes souvent le seul opposant de droite et du centre comme M. Batteux le remarquait lui-même à la fin du dernier conseil.

Je ne suis en aucun cas, et n'ai jamais été le patron de la droite locale d'ailleurs comme vous le faîtes remarquer, en vous contredisant peut être, celle-ci est multiple et il faudrait la rassembler.
Je suis à votre disposition si vous avez des propositions sur la méthode et le fonds pour y parvenir.