« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

jeudi 4 juillet 2013

Un point de vue helvéte


Vers le déclin du principe démocratique (paru dans les observateurs)


"En l’an 2000, le peuple de l’Etat de Californie votait à 61,4% la Proposition 22, définissant comme seul valide le mariage contracté par un homme et une femme. En 2008, la Cour suprême de Californie déclarait le référendum anticonstitutionnel et nul d’effets.
Six mois plus tard, le même peuple revotait à nouveau pour amender sa Constitution. Il y a une semaine, la Cour suprême des États-Unis établissait que les Californiens n’étaient pas aptes, en la forme, à modifier leur constitution.
Moins loin, il y a quelques jours, l’exécutif suprême d’un petit État alpin européen a décidé qu’il n’appliquerait pas une initiative populaire demandant le renvoi des criminels étrangers mais lui opposerait les conditions du contre-projet même qui avait été rejeté lors de la votation populaire.
Si les apparences subsistent, les ors des palais, le ronflement des fanfares, le rengorgement des élus, leurs gargarismes sur la démocratie libératrice, irremplaçable, la substance s’évapore doucement, ne laissant plus derrière elle qu’une coquille vide.
La démocratie, en son essence, c’est le remplacement de l’épreuve de force physique par son pendant idéologique. Ne parvenant plus à emporter les consciences, certains courants, minoritaires forcément, ont décidé de revenir à l’ancienne méthode. Paradoxalement, ceux-là sont les mêmes qui invoqueront le vocable de la démocratie dès que la majorité attaquée manifestera quelque velléité de se défendre.
Le renonciation volontaire à sa propre domination, qu’entend la démocratie, implique le respect d’autrui. Pas nécessairement de ses idées, mais de sa personne. Guidés par leur fanatisme, certains ont perdu ce respect, par conséquent ils ont perdu cette retenue.
Que l’on ne s’y trompe pas, cette lente substitution de l’origine du pouvoir n’est pas fortuite, c’est, en son principe, la négation de notre droit, c’est nous faire violence."

Aucun commentaire: