« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

mercredi 4 juillet 2012

Des titres des journaux et de la délinquance à Saint-Nazaire

"La délinquance s'essouffle dans l'agglomération"

titre Ouest-France sous la plume de Cyrille Pitois ; mais si l'on poursuit la lecture de l'article on découvre que " les atteintes aux personnes ont quasiment doublé depuis 2005"
Nos concitoyens se félicitent certainement que les atteintes aux biens aient un peu diminué mais ce qui leur importe c'est la sécurité physique des leurs et d'eux-mêmes.
De ce point de vue un doublement des faits recensés est une très mauvaise nouvelle qui devrait préoccuper nos édiles et nos fonctionnaires de justice et police; le moment n'est pas à l'autocongratulation, n'est ce pas M. Cotta ? 
N'y aurait-il pas, aussi, une désinformation par omission ou plutôt par information incomplète ? on nous parle de 580 mineurs de 18 ans mises en cause, ce qui aurait été réellement intéressant était le type d'infraction qui les amenait là. Seraient-ils responsables comme sur le pays entier de prés de 45% des agressions ?

Donc le ton du Figaro était inacceptable, nous l'avions dit et répété, mais la présentation des faits par M. Cotta, es qualité de président du conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance, est fallacieuse pour le moins, de nature à induire en erreur sur la situation. Cela ne vaut pas mieux !

Le rapport 2011 n'est pas encore disponible sur le site de l'addrn mais on peut y trouver celui de 2010 et quelques schémas présentant l'évolution depuis 2000 copiez le lien ci-dessous dans votre navigateur :
http://www.addrn.fr/fileadmin/user_upload/observatoires/demo_socio/delinquance_bilan10_carene.pdf

En 2010 il y avait eu 80 véhicules incendiés dans la circonscription de SN ; Personne a eu la curiosité de demander le chiffre de 2011 ?
De même il y avait eu 849 cas d'atteinte aux personnes le chiffre ayant augmenté il est de combien pour cette année 2011 !?

Sur ces questions de sécurité et leur rapport à l'urbanisme voir dans le courrier des maires  cliquez

Aucun commentaire: