« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"

"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

mercredi 2 septembre 2009

Clore la discussion ? Trahir la démocratie, la raison, la science !

Certains écologistes de renom ont déclaré que le processus démocratique ne permettait pas de régler les problèmes liés au réchauffement climatique ! Ils sont malheureusement nombreux à dire qu’on n'a pas le droit d'exprimer des opinions différentes sur ce sujet.
Comme Lyssenko et les militants soviétiques de la biologie de classe, les adeptes de l'origine humaine du réchauffement imposent la politique dans le processus scientifique.

Or ce rôle des activités humaines est minimisé par les scientifiques qui observent les phénomènes naturels. L'indice prévu par les modèles du GIEC dans l'atmosphère tropicale n'a pas été observé !

Si tous les signataires du protocole de Kyoto adoptaient des Grenelles de l'environnement, la réduction du réchauffement serait inférieure à un degré centigrade d'ici la fin du siècle, selon les réchauffistes eux-mêmes.
Dans une démocratie il est raisonnable et nécessaire de critiquer l'investissement de capitaux considérables dans des politiques inefficaces.

Il faut rappeler aux obsédés de la décroissance qu'avant l'ère industrielle, la rareté et le cout élevé de l'énergie était une cause essentielle de la misère du peuple.
Un impôt sur la production de Co² pèsera sur les plus modestes, les plus contraints qui n'ont pas les moyens d'investir pour en éviter l'utilisation .
La création de droits à émettre du Co² par l'industrie développera une spéculation nouvelle. Après les Subprimes, nous verrons l'éclatement de la bulle verte !

Texte de notre edito dans le bulletin municipal à paraitre en septembre remis le 13/08

6 commentaires:

SNalternance a dit…

une contribution involontaire et extérieur prélevé sur rue 89

Peuple tremblant, peuple obéissant

La trouille est l'outil idéal du pouvoir. La leçon est connue mais n'empêche toujours pas de tomber dans le panneau. Un vrai problème de pathologie sociale ! Aux États-Unis, l'administration Bush a profité de la peur du terrorisme pour faire voter son Patriot Act autorisant une ingérence sans précédent dans les vies privées. Chez nous, « l'insécurité », fut un thème de campagne à l'efficacité redoutable.

Aujourd'hui on parle de la Terre qui meurt, de la grippe qui court, et on file un coup de masse sur nos libertés, un coup de pioche dans nos budgets. Affamés à coups de mauvaises nouvelles, quelques miettes de mesures suffisent à nous satisfaire.

Les océans montent, soit. L'homme pollue la planète, d'accord cela doit cesser. Mais quitte à nous contraindre à changer d'ampoules, je me demande pourquoi on n'ordonne pas l'extinction des millions de lumières inutiles qui brillent toutes les nuits. Quitte à lutter contre les émissions de CO2 en nous faisant payer une taxe, je me demande pourquoi rien n'est envisagé, par exemple, contre les emballages, suremballages et, ô comble de joie, les sachets individuels présentés comme un vrai progrès.

Je me demande, mais j'ai tort. Je ferais mieux d'avoir peur et d'obéir.

Une dangereuse grippe parcourt le monde, soit. Mais ce n'est qu'une grippe ! Ce n'est pas non plus un choléra géant qui caracole sur le dos d'une vache folle en l'éperonnant de ses grosses bottes rouillées farcies au tétanos ! Quitte à lutter contre les maladies infectieuses, je me demande pourquoi on ne se penche pas sur le paludisme, la plus mortelle de toutes.

Je me demande mais j'ai tort. Je ferais mieux d'obéir et de tousser dans mon coude.

Concours de nouvelles !

...la peur ne rend pas service à celui qui la ressent mais à celui qui crie au loup. Sans parler des loups qui demandent eux-mêmes qu'on affole les brebis. Pour les disperser, les isoler, et les saigner à blanc une par une…

J'en ai ma claque qu'on nous force à avoir peur, en nous regardant droit dans les yeux tout en ricanant par derrière. Marre qu'on nous abreuve de mauvaises nouvelles pour mieux nous marrionnettiser. La guerre, la mort et la misère sont efficaces pour étouffer les libertés et vendre de la poudre aux yeux. Mais l'espoir, le rêve et l'humour sont les meilleurs moyens de se lever le matin de bon poil, « paisible, à la fraîche, décontracté du… » comme disait Depardieu à la fin des « Valseuses ».

Faisons de notre mieux pour lutter contre les psychoses collectives. Restons simplement raisonnables.

L'auteur Damien Jayat
Sur :
http://www.rue89.com/infusion-de-sciences/2009/09/06/grippe-climat-ils-n-arriveront-pas-a-nous-faire-peur

Zébulon a dit…

Merci Jean-Louis! un bon moment de lecture !
Je vous invite à lire ça au prochain conseil !

SNalternance a dit…

Faudrait qu'une occasion s'y prête

Zébulon a dit…

avec label gauche vous aurez une dizaine d'occasions pour que ça s'y prête !

SNalternance a dit…

peut être ben !

Zébulon a dit…

jvous l'dis !