« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"
"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

Dans tous les pays où les musulmans sont minoritaires, ils sont obsédés par les droits des minorités, dans tous les pays où les musulmans sont majoritaires, il n'y a PAS de droits des minorités.

lundi 26 janvier 2015

Gréce, triomphe ou désastre ?

"La victoire de la gauche radicale grecque, hier aux élections législative, me semble dramatique pour les Grecs. Elle consacre des décennies de gestion désastreuse de l’économie de ce pays, de gouvernement en gouvernement: endettements monstrueux, déficits gigantesques, fonction publique pléthorique, Etat inefficace, assistanat, Etat de droit bafoué. Je suis désolé de le dire, mais c’est ainsi. Une fuite en avant gauchisante n’aura pas d’autre effet que d’amplifier encore le marasme grec.  Ils ne veulent pas payer leur dette. Qu’est-ce que cela signifie? Que d’autres vont payer à leur place? Aucun pays au monde ne peut vivre au-dessus de ses moyens, consommer plus que ce qu’il a produit de son travail. Sinon, il sombre dans la dépendance aux autres et la dette, fardeau transmis aux autres générations, puis l’effondrement. Mais pourtant, ce résultat catastrophique a une autre signification. Il résulte aussi de l’aveuglement bruxellois et des classes dirigeantes européennes. La fixation obtuse à vouloir maintenir à tout prix la Grèce dans la zone euro, envers et contre tout réalisme, au prix de mille contorsions et dizaines de milliards d’euro gaspillés, comme une sorte de ligne Maginot idéologique, destinée à empêcher une soi-disant « nouvelle guerre en Europe », a directement conduit au désastre actuel. De même, l’eurocratie  paye ses dérives bureaucratiques et son enfermement dans une bulle bruxelloise. Toute à ses belles équations et ses postures arrogantes, elle a simplement oublié une variable essentielle: la fierté des peuples. Les propos maladroits des dirigeants allemands envers les Grecs y sont sans doute largement contribué. La victoire de Syrisias n’est pas seulement un effroyable désastre pour la Grèce (comme chaque fois que des idéologues et démagogues prennent le pouvoir), c’est aussi le fruit de l’aveuglement eurocratique qui s’est emparée des dirigeants de l’Europe depuis quelques décennies. C’est un peuple humilié, dans la souffrance qui a voté hier. Mais allez faire comprendre cela à un eurocrate… La situation rappelle fortement les non français et hollandais de 2005. En principe, il ne devrait y avoir qu’une seule leçon à en tirer: l’urgence d’une réforme, transformation radicale de l’Europe, conçue comme l’unité politique des peuples européens, sinon,  sa disparition avant une dizaine d’années est sans doute inéluctable. L’enjeu est ni plus ni moins de sauver l’Europe, l’amitié, la solidarité, l’union des nations et des citoyens de notre continent, en la tirant de sa logique bureaucratique pour la reconstruire sur des bases démocratiques. Mais comment faire admettre cette évidence à des apparatchiks bornés?"

Maxime TANDONNET

Aucun commentaire: