« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"
"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

Dans tous les pays où les musulmans sont minoritaires, ils sont obsédés par les droits des minorités, dans tous les pays où les musulmans sont majoritaires, il n'y a PAS de droits des minorités.

lundi 21 septembre 2015

Aïd et Kebir. Nous refusons d'accepter les abattoirs temporaires











Aïd El Kebir : refusons les abattoirs temporaires !

Pérenne ou temporaire un abattoir en raison de risques sanitaires et environnementaux reconnus, est une installation classée obligée de respecter des normes rigoureuses (d'où la disparition des petits abattoirs de proximité).
Ces normes exigent des aménagements (sols et murs lisses pour faciliter la désinfection, circulation réglementée, dispositifs pour évacuer et traiter les effluents et les déchets -sang, eaux de lavage, peaux, viscères-) des matériels (chambre froide, extracteur de moelle épinière) et des procédures très strictes.

Réglementairement une carcasse doit sortir de l'abattoir à la température de 7 ° à cœur c'est-à-dire après 24h de frigo ce qui permet de détecter des problèmes sanitaires, or culturellement lors de l'Aïd chacun repart avec sa carcasse tiède.

 Depuis 10 ans, les pouvoirs publics autorisent la création d'abattoirs « temporaires » pour la fête de l'Aïd afin de satisfaire « l'attachement des musulmans à ce rite » (B. Cazeneuve). Improvisés pour 3 jours par des particuliers soit sous tente dans des lieux non prévus à cet effet ( carrière, parking...) soit dans des bâtiments désaffectés ou voués à d'autres activités (usine de poisson, grange, centre équestre...), ces abattoirs d'occasion sont évidemment hors normes alors que l'abattage rituel accroît les risques (voir notre document annexe sur les risques sanitaires de l'abattage rituel)

Il y a 3 niveaux de classement selon le tonnage prévu mais tout organisateur d'abattoir temporaire doit disposer d'une autorisation préfectorale délivrée sur présentation d'un dossier. On constate que l'administration se contente de reconduire les autorisations chaque année alors même que des reportages sur quelques un de ces abattoirs ( voir ci-dessous Trets Bouches du Rhône …) donnent à voir un non respect manifeste des normes. Cécité voulue, manque de personnel, crainte des réactions ?

Théoriquement une chaîne d'abattage doit être de bout en bout surveillée par un vétérinaire. La Cour des comptes a pointé le sous-effectif déjà flagrant en temps normal des services vétérinaires (rapport 2014), incapables donc de contrôler en plus ici où là (10 sites dans les B du Rh …) la provenance souvent douteuse de 250 000 bêtes et les conditions sanitaires de leur égorgement. 

Même problème pour les sociétés d'équarrissage seules habilitées à procéder à l'évacuation des déchets et déjà débordées au quotidien. Pour ce qu'on en sait les matériaux hautement putrescibles peuvent rester des heures voir des jours dans des bennes exposées à l'extérieur. Une aubaine pour les rats. (certains abattoirs temporaires optent d'ailleurs pour l'enfouissement sur place pourtant interdit)

Extrait du discours-programme prononcé par B.Cazeneuve devant le Conseil français du culte musulman, (15/06/2015): « Bien des efforts sont déjà engagés en vue d'organiser des abattoirs provisoires dans les meilleures conditions (...) Ils restent en nombre insuffisant et les porteurs de projet sont trop souvent découragés par leur coût et la complexité de leur mise en place. A la suite de vos travaux, je propose qu'un groupe de travail rassemblant des responsables religieux, le ministère de l'agriculture et le ministère de l'intérieur soit constitué rapidement afin d'évaluer le dispositif actuel dans sa globalité et diffuser les bonnes pratiques qui le méritent » (à noter l'absence de professionnels de la santé ou de la boucherie). 
 Donc, pour épargner soucis et dépenses aux« porteurs de projet » les préfets ont désormais pour consigne de chercher auprès des maires des sites possibles. La mise à disposition semble s'accompagner d'un « cahier des charges » mettant la commune à contribution notamment pour la fourniture d'électricité, la remise en état du site et la signalétique. Il est impossible pour l'instant de déterminer dans quelle mesure cette démarche interfère avec la procédure réglementaire d'autorisation.

 Il serait extrêmement grave que ce soit un moyen de contourner les textes en vigueur sur les installations classées !
 contact@vigilancehallal.com


Aucun commentaire: