« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"
"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

Dans tous les pays où les musulmans sont minoritaires, ils sont obsédés par les droits des minorités, dans tous les pays où les musulmans sont majoritaires, il n'y a PAS de droits des minorités.

mercredi 19 novembre 2014

verbatim des propos de Nicolas Sarkozy à sens commun

Il restera la question de l’amour homosexuel et de sa traduction dans la société. Il faut que vous me donniez deux minutes, parce que c’est très important. Je suis exaspéré par l’irruption de la sexualité dans le débat public. La sexualité, c’est privé mais je vais faire une exception pour bien me faire comprendre. Je voudrais parler de la sexualité pour le couple, de l’amour, de la différence entre l’amour et le désir, de la reconnaissance de l’amour par la société. C’est tout ce qu’il a de plus magnifique dans toute la littérature française du 19 ème siècle. On ne choisit pas sa sexualité. On choisit de l’assumer. On peut choisir de la contrôler, de la maîtriser. Mais de la même façon qu’on ne choisit pas, à ma connaissance sa couleur de peau, d’être chauve, d’être petit ou d’être grand, je ne pense pas qu’on choisisse sa sexualité.
Donc reprocher à quelqu’un d’être homosexuel ou hétérosexuel n’a pas de sens (applaudissements nourris). Le besoin d’amour – c’est un vrai sujet qui n’a pas à être absent du débat politique – n’est pas fonction de votre sexualité. Il est fonction de votre identité d’être humain. Le besoin d’amour pour s’inscrire dans la durée, pour partager, pour se dire que face à tout ce qu’on ne comprend pas, on a quelqu’un sur qui on peut compter, avec qui on partage, avec qui on a un projet, avec qui on échange. Cela n’a rien à voir avec la sexualité, mais ça existe ! Et bien ce besoin d’amour, je vais vous dire, que vous soyez hétérosexuel ou homosexuel, vous êtes un être humain et il n’y a pas de raison qu’un homosexuel en ait moins besoin qu’un hétérosexuel ! (Nouveaux applaudissements)
Vous allez vous dire que je suis devenu fou, mais ce sont des choses qui me passionnent et vous verrez, comme ça, que j’y ai réfléchi. Quel est la différence entre le désir et l’amour. Le désir n’a besoin d’être reconnu que dans le regard de la personne désirée. L’amour, la Terre entière doit être au courant ! [...] Et bien, lorsqu’un couple, qu’il soit hétéro ou homo, s’aime et veut inscrire cette magnifique relation d’amour dans la durée, il a besoin de la reconnaissance sociale. Ça n’existe pas un amour caché ! Un désir caché peut exister. Et donc la revendication d’un couple homosexuel qui veut voir cet amour reconnu, je veux avoir l’honnêteté de vous dire que cela ne me choque pas. [...] La question de la reconnaissance de l’amour homosexuel n’est pas satisfaite par le PACS, au greffe du tribunal – il faut dire les choses telles qu’elles sont !
Mais alors d’où vient le problème ? C’est parce que la gauche pense que la différence est une injustice. Pour eux, être homosexuel, c’est une injustice ! Donc, on les fait passer dans une institution profondément hétérosexuelle qui est l’institution du mariage. C’est justement parce qu’il ne croit pas à la différence, qu’il ne respecte pas la différence. Moi, je crois à la différence ! (applaudissements nourris masquant un peu les propos de l’orateur). C’est pour ça que je veux un mariage différent pour les homosexuels qui tiennent compte justement de cette différence parce que c’est pas la même chose ! Le jour, où dans nos partis politiques, on pourra avoir des débats de fond de cette nature, sans insulter, sans anathèmes, sans que personne ne sorte blessé, on élèvera le niveau du débat politique. Vous ne voyez pas qu’il baisse chaque jour !
Ce que je veux, c’est raccommoder ma famille, dans une position lisible qui vous fasse honneur et qui ne vous trahisse pas. Mais si j’arrive, moi aussi, en mettant sur la table tout ! En disant, je ne discute avec personne, C’est comme ça ! déjà qu’on m’accusait de faire un parti pour moi … remarquez que je ne vais pas faire un parti contre moi !
On aura un débat : comment on donne cette reconnaissance à cet amour durable entre deux personnes du même sexe ? C’est, de mon point de vue, le seul point qui reste en débat ! Si avec ça, on a 95 % de notre proposition sur la politique familiale, alors je crois qu’on aura bien fait avancer les choses. En tout cas, c’est l’esprit qui est le mien ».

C'est bizarre cela a été oublié dans tous les comptes rendus du meeting de sens commun
D'autres précisions ici 

Aucun commentaire: