« Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. » Étienne de la Boétie dans "la servitude volontaire" ou "Contr’Un" 1549.
Sourate 9, verset 29 «Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés»
Sourate 60, verset 4 :"Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul"
3,28 : « Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux » fondement de la taqqya. ou bien Sourate 5, Al-Mâ’idah, La Table servie, verset 51 :« Ô les croyants ! Ne prenez pas pour amis les Juifs et les Chrétiens ; ils sont les amis les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes »
Sourate 47 verset 4 : "Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions."
Nul ne peut rester indifférent devant la propagation, sous prétexte religieux, du pire système social ! Si on combat l'esclavage, la soumission des femmes, la peine de mort, les châtiments physiques cruels et mortels, l'interdiction de l'homosexualité, etc. on combat l'islam!

Il ne faut jamais nier à l’ennemi la capacité à être plus intelligent que soi"
"La gauche a toujours, depuis 1793, endossé, sous le couvert de la vertu, les habits de la Terreur." M° Frederic Pichon

Dans tous les pays où les musulmans sont minoritaires, ils sont obsédés par les droits des minorités, dans tous les pays où les musulmans sont majoritaires, il n'y a PAS de droits des minorités.

vendredi 17 avril 2015

Au sujet de l'éviction de Bernard Lugan des écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan

I) Les faits

1) Le mardi 14 avril 2015 vers 17 heures, je suis contacté par téléphone par la direction de l'enseignement des Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan (ESCC) qui me signifie verbalement l'annulation de toutes mes interventions programmées, sans en préciser les raisons ;
2) Officiellement, à ce jour, je n'ai reçu aucune information écrite concernant ces annulations;
3) Je ne sais pas plus officiellement ce qui a motivé cette décision-sanction;
4) J'ignore la nature de l'autorité qui l'a ordonnée. 
Or, l'ancien journaliste à Libération Jean-Dominique MERCHET, proche des milieux de gauche et qui se targue d'être informé directement par le cabinet du MINDEF (Ministère de la Défense) rapporte dans un article publié sur son blog le 15 avril 2015 que :

1) « les Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan (ESCC)… confirment que « suite à ses (mes) récentes déclarations sur le déplacement du secrétaire d'Etat aux anciens combattants à Sétif mettant formellement en cause le chef des armées (François Hollande), le   commandement des écoles a annulé sa (ma) prestation du 29 avril, sans remettre en cause son (mon) expertise d'historien ni présumer de l'avenir de la collaboration entre les ESCC et Mr Bernard Lugan ».         
2) L'entourage du ministre a rappelé la « consigne » donnée il y a un an et que doivent respecter les universitaires intervenant aux Ecoles, en particulier de Saint Cyr Coëtquidan, de ne déclencher aucune polémique et de ne pas nuire à l'image des dites écoles.
           
II) Analyse des faits

Dans un article très documenté au sujet du futur déplacement du secrétaire d'état français aux anciens combattants à Sétif, publié exclusivement sur mon blog le 9 avril 2015 et sans qu'il y soit fait état de mes enseignements aux ESCC, j'étais légitimement fondé à exprimer mon avis tant es qualité d'historien chercheur qu'en vertu de ma liberté d'expression en dehors de mes interventions aux ESCC. Même si cela s'est fait en des termes qui effectivement incriminent le chef de l'Etat : « la décision de François Hollande d'envoyer un membre de son gouvernement à Sétif est une provocation. Ce faisant, le président de la République montre  à la fois son aveuglement historique et son sectarisme politique puisqu'il cautionne la re-écriture de l'histoire faite par les autorités algériennes. Au prix d'une nouvelle humiliation de la France. »
Si l'on en croit Jean-Dominique MERCHET, la décision du Général Commandant les ESCC de suspendre mes interventions:
1) Ne se fonde pas sur une remise en cause de mon expertise d'historien chercheur sur l'Afrique et donc notamment sur les évènements du 8 mai 1945 qui se sont déroulés à Sétif;
2) Serait une interprétation autoritaire à caractère politique émanant au mieux du rappel à la consigne du cabinet du ministre (voir plus haut).
  
Or, en l'état, il n'y a aucune trace d'une quelconque polémique déclenchée par mon article intitulé « Sétif (mai 1945): encore une provocation socialiste » depuis sa publication sur mon blog le 9 avril.
De plus, en quoi cet article aurait-il pu porter atteinte à l'image de l'enseignement des écoles de Saint Cyr Coëtquidan alors qu'il n'y est aucunement fait mention de ces dernières?
En l'espèce, c'est l'interprétation de la nature politique de cette sanction par Jean-Dominique MERCHET qui crée une polémique nuisant à la réputation du commandement des écoles et qui remet en cause la qualité de son enseignement sur l'Afrique.
Quant à mon avis parfaitement argumenté sur la décision de François Hollande d'envoyer le secrétaire d'état aux anciens combattants à Sétif, il est tout à fait légitime, même s'il conteste effectivement le bien fondé tant historique que politique de la décision du chef de l’État. Ce dernier n'en demeure en effet pas moins un homme public et la Cour européenne des droits de l'homme précise à ce sujet qu'il est soumis à la critique, même désagréable, de ses compatriotes.
 Nous serions donc face à une sanction prise contre la liberté d'expression pourtant garantie à tout citoyen par la Constitution. Sauf naturellement à devoir considérer que le seul fait d'intervenir aux écoles de Saint Cyr Coëtquidan priverait par voie de conséquence tout universitaire de sa liberté d'expression, y compris en dehors des dites écoles...
 Dès lors, je suis en droit de m'interroger publiquement sur les véritables motivations d'une telle décision qui bafouerait ma liberté d'expression. En l'absence d'information officielle écrite, je demande donc une audience au commandant des ESCC pour connaître tant l'auteur de cette décision insolite et attentatoire aux libertés, que ses motivations. Cela afin d'en comprendre la nature exacte et être en mesure d'y porter réponse, éventuellement devant les juridictions nationales et européennes compétentes.

Bernard Lugan
16/04/2015

Aucun commentaire: